Quel statut choisir pour un restaurant ?

statut juridique restaurant

Vous vous sentez prêt(e), vous des envies d'entrepreneuriat et vous aimeriez ouvrir votre restaurant ?

Déterminer le statut d'entreprise de votre établissement de restauration représente une étape clé lors de la création de votre entreprise.

Le choix de la forme d'organisation juridique doit être effectué en ayant recours à plusieurs facteurs, tels que le régime fiscal choisi, le rôle du dirigeant, les associés ou encore les perspectives d'avenir.

Vous vous en doutez, il y a beaucoup d'étapes pour l'ouverture d'un restaurant, mais également des détails et des éléments à analyser et le lexique et les notions utilisés sont quelquefois compliqués à décoder.

Dans les lignes qui suivent, notre équipe va simplifier autant que possible pour que vous ayez tous les éléments permettant de prendre la bonne décision. C'est pour cela que nous avons choisi de ne pas exposer tous les points de détails afin de vous aider à saisir l'essentiel. Ainsi, vous pourrez obtenir une idée de la forme et du statut juridique le plus approprié à votre restaurant.

Vous devrez, ensuite, faire approuver votre décision avec l'aide d'un conseil juridique expert.

Pour tous les autres aspects stratégiques de votre entreprise, et si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez télécharger notre pack complet pour un restaurant.

Ouvrir un restaurant seul(e) : les statuts juridiques envisageables

Si vous préférez ouvrir un restaurant en solitaire, il est recommandé de choisir parmi l'un des statuts suivants : l'Entreprise Individuelle (EI), l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ou la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU). On vous explique pourquoi.

Avantages et inconvénients de l'Entreprise Individuelle pour un restaurant

On ne peut pas le nier, l'atout le plus grand de l'EI pour un restaurant réside dans la simplicité qui en ressort.

En effet, sa constitution et sa gestion restent bien plus simples que celles des autres régimes. Également, ce statut génère moins de frais. Sa comptabilité reste aussi nettement plus accessible.

Une autre force : depuis 2022, le statut de l'Entreprise Individuelle offre une protection accrue aux créateurs d'entreprise.

Pour terminer, sa fiscalité reste relativement souple et adaptable. En réalité, elle est constituée trois régimes : le régime réel normal, le régime réel simplifié et le régime de la micro-entreprise.

Si on regarde du côté des inconvénients, premièrement : vous ne pourrez pas utiliser du capital extérieur.

Aussi, la pression fiscale reste généralement importante. En effet, l'impôt des personnes est généralement plus significatif que celui qui concerne les sociétés.

En bref, optez pour l'EI pour votre restaurant si vous souhaitez de la simplicité et aussi ne pas vous perdre avec les démarches officielles.

Avantages et inconvénients de l'EURL pour un restaurant

L'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (ou "EURL") est, enfaite, un statut qui présente des similarités avec celui de la SASU. Conséquemment, on peut s'interroger et hésiter entre ces deux statuts pour son restaurant.

Un avantage de poids : les charges dans le cas d'une EURL restent beaucoup moins lourdes que pour une SASU. En compensation, la protection sociale du gérant du restaurant sera moins importante.

Un autre atout pour l'EURL : le capital initialement investi peut se limiter à 1 euro et votre responsabilité est limitée à la hauteur du capital investi. Il s'agit d'un argument sécurisant. Cependant, si vous avez besoin d'un crédit pour votre restaurant, l'institution bancaire pourra, éventuellement, demander des cautionnements en contrepartie.

Du côté des points faiblesses, sa comptabilité et son fonctionnement sont plus subtils que ceux d'une Entreprise Individuelle. L'embauche d'un comptable pour une EURL vous coûtera aux alentours de 1000 euros par an. Par ailleurs, vous devrez rédiger des statuts.

Sachez que, en votre qualité de gérant de votre restaurant, vous serez rattaché au régime TNS, cela signifie une absence d'indemnités de congés payés et d'assurance chômage. Oui, c'était aussi le cas pour l'Entreprise Individuelle (vue plus haut).

Enfin, l'EURL pour un restaurant reste un choix de société assez rigide quant aux perspectives d'avenir. En effet, la décision de transformer son EURL en SARL (ou autre forme de société) demande des procédures complexes.

En bref, l'EURL vous offrira une gestion simple, de faibles charges et cotisations sociales. Cependant, ce statut est peu flexible et donne accès à une couverture sociale moindre.

Avantages et inconvénients d'une SASU pour un restaurant

Tout comme l'EURL, la SASU de votre restaurant peut se faire avec 1 euro de capital (seulement). Votre responsabilité est limitée à hauteur des apports.

Une différence notable avec les deux autres statuts : le gérant demeure inscrit au régime général de la sécurité sociale. Cela implique des cotisations plus élevées mais une protection sociale de meilleure qualité. C'est le seul statut qui permet à un créateur d'entreprise, qui souhaite ouvrir un restaurant sans associés, de rester inscrit au régime général de la sécurité sociale.

Un point à noter si vous faites les choix de une SASU pour votre restaurant : le fonctionnement est assez souple. En effet, la législation française ne s'impose pas de manière stricte sur le fonctionnement des SASU et l’associé unique rédige librement les statuts à la base de la gestion de son restaurant.

Enfin, si vous choisissez la SASU pour votre restaurant, il n'y aura pas de cotisations quant aux dividendes.

Quant aux lacunes, on a déjà évoqué les cotisations importantes. Aussi, si vous souhaitez ouvrir votre restaurant avec une SASU, alors vous devrez élaborer des statuts pour votre société.

Pour finir, notez que les démarches à faire pour fermer sa SASU sont fastidieuses et coûteuses. En effet, une procédure de dissolution, avec une liquidation qui suit est à prévoir.

Si on veut résumer, la SASU sera pertinente pour votre restaurant si vous souhaitez un statut offrant davantage de souplesse que l'EURL et qui permettra de profiter d'une protection sociale plus confortable.

Ouvrir un restaurant seul(e) : les choix de statut qui s'offrent à vous

Si vous voulez ouvrir votre restaurant avec une équipe, il est peut-être préférable de choisir entre ces deux statuts : la Société à Responsabilité Limitée (SARL) ou la Société par Actions Simplifiée (SAS). Passons aux raisons.

Avantages et inconvénients d'une SARL pour un restaurant

En deux mots, une Société à Responsabilité Limitée (SARL) est, tout simplement, une EURL mais avec des associés.

On reprend ici l'ensemble des avantages : aucune limite basse pour le capital de départ pour votre restaurant (1 euro suffit) la responsabilité est limitée à celle des apports et elle est régie par la loi française (ce qui peut rassurer mais présente aussi des limites).

Une force de la SARL pour votre restaurant : le statut souple de chaque gérant. En effet, les associés qui ont moins de 0.5 du capital pourront bénéficier du régime social des assimilés-salariés. En gros, cela veut dire une plus grande couverture sociale (mais des cotisations sociales plus élevées). Les dirigeants qui détiennent plus de 50% restent, eux, considérés comme des TNS : un régime qui donne moins de protections mais est aussi moins coûteux en termes de contisations du gérant.

Du côté des lacunes, il est vrai que la SARL demeure dans de nombreux cas un statut pas toujours simple sur le plan administratif et qui manque de souplesse dans son fonctionnement pour certains projets. Comme nous l'avons expliqué plus haut, ce statut reste encadré par la loi, ce qui peut parfois venir compliquer la gestion de votre restaurant.

Une autre épine : : avec une SARL, le gérant est obligatoirement une personne physique et n'est jamais une personne dite "morale".

Pour finir, si vous sélectionnez la SARL, vous devez savoir qu'il existe des limites à l'entrée d'un autre associé dans la gestion de votre restaurant.

Finalement, on peut dire que la SARL demeure un statut juridique plutôt adaptée aux structures de type familial ou de tailles moyennes. Est-ce le cas de votre restaurant ?

Avantages et inconvénients d'une SAS pour un restaurant

Un point d'avance indiscutable de la SAS (Société par Actions Simplifiée) demeure dans sa réglementation peu contraignante.

On remarque également un régime largement protecteur pour le président de la SAS.

Vous envisagez de faire entrer, dans quelques mois, de nouveaux associés dans votre société ? Si oui, alors ce statut constitue le choix optimal.

Tout comme la SARL, la reponsabilité qui incombe aux différents associés de votre restaurant reste limitée.

Finalement, vous jouissez d'une grande flexibilité en ce qui concerne le choix du régime d'imposition de la société mais aussi des dividendes.

En échange, l'étape de rédaction des statuts de votre restaurant est relativement plus fastidieuse.

Notez également que les charges d'un restaurant pour ce type de statut sont, elles, légèrement plus élevées.

Enfin, notez que la SAS est souvent moins choisie par les gérants qui voudraient ouvrir un restaurant avec leurs proches. Ceux-là sélectionnent plutôt la SARL (vue plus haut), qui confère un cadre plus sécurisant.

Pour synthétiser, le choix de la SAS conviendra pour ouvrir un restaurant lorsqu'on souhaite de la flexibilité et de la souplesse, notamment pour l'actionnariat.

Peut-on ouvrir un restaurant avec une micro-entreprise ?

Oui, vous pouvez ouvrir votre restaurant en utilisant le régime auto-entrepreneur. Malgré tout, il existe plusieurs paramètres à considérer.

Avant tout, soyez conscients que, bien loin de l'idée qu'on s'en fait, la micro-entreprise n'est tout simplement pas un statut juridique. En effet, il s'agit d'un régime pour lequel les créateurs d'entreprise peuvent opter.

Il s'accorde avec simplement deux statuts juridiques : l'Entreprise Individuelle et l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée.

Une contrainte majeure : avec ce régime, le revenu de votre restaurant ne pourra pas être supérieur à un certain plafond, ce qui n'est pas le cas avec les autres régimes.

À côté de cela, et c'est sans doute restrictif dans le cadre d'un restaurant, on ne peut tout simplement pas déduire ses charges et dépenses mensuelles. Sachez aussi que la TVA facturée sur les dépenses de votre restaurant ne pourra pas faire l'objet d'un remboursement. Enfin, la protection sociale est limitée et le régime des retraites est particulier.

Sans surprises, le choix de l'auto-entrepeneuriat pour un restaurant sera (très) rare.

À lire également

Rédiger un business plan pour un restaurant
Faire une étude de marché pour un restaurant
Faire un prévisionnel financier pour un restaurant