5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

Devenir courtier en assurance : le guide complet

Guide pour devenir courtier en assurance

Vous souhaitez devenir courtier en assurance ?
Quelles sont les conditions pour devenir courtier en assurance ?
Combien gagne un courtier en assurance et comment est-il rémunéré ?

Dans ce guide, vous allez découvrir toutes les informations pratiques qu’il faut connaître pour devenir courtier en assurance.

Qu’est-ce qu’un courtier en assurance ?

Un courtier en assurance aussi appelé broker en assurance est un professionnel qui joue un rôle d’intermédiaire entre le client et sa compagnie d’assurances. Il se charge de négocier auprès des sociétés d’assurances, les meilleures offres qui correspondent aux besoins de son client.

Il dispose d’une bonne connaissance dans le domaine des assurances. En effet, pour mener des négociations de tarifs et de garanties auprès des assureurs, le courtier va mettre en évidence la concurrence.

Le métier de courtier en assurance est très réglementé. Il s’agit d’un commerçant inscrit au registre de commerce et des sociétés. Ainsi, l’intermédiaire d’assurance est soumis à diverses obligations légales. Un broker en assurance à la possibilité de se spécialiser dans un secteur particulier : immobilier, prêts, automobile, etc.

Quelle est la différence entre un courtier et un agent général d’assurance ?

Le courtier et l’agent général d’assurance sont tous deux, des intermédiaires entre les sociétés d’assurances et les assurés.

Cependant, l’agent général d’assurance est exclusivement mandaté pour représenter une ou plusieurs compagnies d’assurances auprès des assurés. Il commercialise auprès des clients, les contrats d’assurances de la société dont il est mandataire. Il perçoit en retour, des commissions de la part de la compagnie d’assurances.

Contrairement à l’agent général d’assurance, le courtier est libre dans l’exercice de ces activités. Il dispose de son propre portefeuille client. Il n’est pas affilié à un réseau commercial. Il aide ses clients à choisir les produits d’assurances qui conviennent à leurs besoins au meilleur prix.

Le courtier d’assurance sert d’intermédiaire et représente les intérêts de ses assurés auprès des compagnies d’assurances. Un broker en assurance n’est pas contraint d’atteindre des objectifs commerciaux fixés par des compagnies d’assurances. Il agit de façon autonome.

Quel futur pour le marché du courtage en assurance ?

Le courtage en assurance occupe une place importante dans les activités économiques en France. En effet, un courtier grossiste réalise 47 millions d’euros comme chiffre d’affaires en moyenne. Le taux moyen de croissance des courtiers grossistes en assurances étant de 9 % par an. En 2018, les 50 plus grands cabinets généralistes de courtage en assurances ont réalisé près de 3400 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Selon le rapport annuel de l'ORIAS, la France compte en 2020, 25 639 intermédiaires en assurance ou réassurance. Aussi, 41 % de l’ensemble des intermédiaires d’assurances inscrits exercent uniquement en tant que courtier en assurance.

En dehors des commissions que le courtier perçoit auprès des compagnies d’assurances, il peut facturer des frais de services supplémentaires à ses clients. Bien que les frais supplémentaires varient en fonction de la complexité du dossier et ne sont pas systématiques, les services d’un courtier en assurances oscillent autour de 2500 €.

Quelles sont les tâches d’un courtier en assurance ?

Dans un premier temps, le broker en assurance aide ses clients à choisir les produits d’assurances adaptés à leurs besoins. De ce fait, il se tient régulièrement informé des évolutions et des nouveautés dans le secteur. Il a également une bonne maîtrise des contrats proposés par les compagnies d’assurances.

Ensuite, le courtier d’assurances joue le rôle de négociateur pour ses assurés auprès des sociétés d’assurances. Il se charge d’obtenir les tarifs qui favorisent ses clients. Il négocie en faveur de ces derniers, les garanties proposées dans les contrats d’assurance.

Le courtier en assurance joue également un rôle de conseiller pour les assurés. Il analyse les besoins de ces derniers afin de leur fournir les renseignements nécessaires.

Pour finir, le courtier en assurance est un véritable intermédiaire entre le client et la compagnie d’assurances. Il accompagne son client jusqu’à la signature initiale du contrat d’assurance. Une fois le contrat signé, il veille au respect des droits de son assuré. Il informe la compagnie d’assurances et défend les intérêts de son client en cas de sinistre.

Quels sont les avantages de devenir courtier en assurance indépendant ?

En tant que courtier en assurance indépendant, vous êtes libre dans vos prises de décision. Vous n’avez pas de contraintes concernant les jours et horaires de travail. Vous avez la possibilité d’établir un cadre de travail qui vous convient.

En termes de rémunération, vous avez plus de flexibilité pour augmenter votre revenu. En travaillant un peu plus, vous pouvez augmenter vos revenus. Il faut noter que les brokers en assurance indépendants gagnent nettement mieux que les salariés dans la moyenne.

Par ailleurs, vous organisez votre agenda comme vous le souhaitez. Vous êtes en mesure d’avoir un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Vous êtes libre de décider du temps à consacrer au travail et aux loisirs.

Quelles compétences pour devenir courtier en assurance ?

L’exercice des activités de courtier en assurance nécessite diverses compétences. Entre autres, vous devez :
- jouir d’une bonne aisance relationnelle
- maîtriser le marché des assurances
- connaître et suivre l’évolution des solutions disponibles sur le marché ;
- savoir persuader et convaincre
- savoir vendre
- avoir des aptitudes en gestion d’entreprise

Aussi, le courtier doit être en mesure de s’adapter très rapidement. En effet, vous serez appelé à intervenir en urgence lorsque la situation de votre client change. Étant amené à communiquer avec différentes personnes, être un bon orateur est un atout pour devenir courtier en assurance.

Faut-il un diplôme pour devenir courtier en assurance ?

Pour devenir courtier en assurance, vous avez plusieurs possibilités. En effet, vous pouvez exercer le métier avec ou sans diplôme ou encore certificat de qualification professionnelle.

Il existe de nombreuses formations diplômantes qui vous permettent de devenir courtier en assurance. Voici quelques exemples de formations qui vous ouvrent les portes du courtage en assurance :
- BTS assurance et banque
- BTS NDRC
- DUT carrière juridique

Ces formations de niveau Bac +2 peuvent être complétées par une Licence professionnelle en finance, assurance ou banque. Il y a également des Masters spécialisés en assurances disponibles dans les écoles de commerce.

En dehors des diplômes, vous pouvez également suivre l’un ou l’autre des parcours ci-après.

Parcours 1 : formation

En tant qu’aspirant au métier de broker en assurance, vous effectuez un stage professionnel de 150 heures au minimum dans le secteur. Vous pouvez le faire dans une société d’assurance, auprès d’un courtier ou dans un centre de formation. Ce stage vous permet d’acquérir les compétences nécessaires pour le travail :
- compétences techniques
- compétences commerciales
- compétences administratives
- compétences sur le plan juridique

Au terme de la période, il vous sera délivré un livret de stage de niveau 1 qui atteste vos capacités auprès de l’ORIAS.

Parcours 2 : expériences professionnelles

Vous pouvez également devenir courtier en assurance si vous avez 4 ans d’expériences dans le domaine en tant que salarié non-cadre ou travailleur non-salarié.

Pour un cadre salarié, seulement 2 ans d’expérience minimum sont exigés. Il est important de justifier d’une expérience de travail dans la production et la gestion des contrats d’assurance. Cela peut être en entreprise d’assurances, dans un établissement de crédit, auprès d’un courtier ou d’un agent général d’assurances.

Faut-il une capacité professionnelle pour devenir courtier en assurance ?

Une capacité professionnelle de niveau 1 — IAS (intermédiaires en assurances) est requise pour commencer votre activité de courtier en assurance. Vous pouvez obtenir cette qualification en suivant l’une des options proposées dans la section précédente.

Quelle est la réglementation pour un courtier en assurance ?

Pour exercer en tant que courtier en assurance, il faut remplir plusieurs formalités. En dehors de la capacité professionnelle, vous devez choisir un statut juridique et vous inscrire au registre de commerce et des sociétés (RCS).

La forme juridique

Vous êtes libre de choisir entre plusieurs formes juridiques, celle qui vous convient pour l’exercice de votre activité. En effet, vous pouvez décider de créer :
- une micro-entreprise ou société unipersonnelle (SASU, EURL)
- une société à responsabilité limitée (SARL)
- une société par actions simplifiée (SAS)

La forme juridique que vous choisissez peut induire d’autres formalités. Par exemple, si vous créez une micro-entreprise, vous n’aurez pas à rédiger les statuts. Par contre, si vous créez une société avec un ou plusieurs associés, la rédaction des statuts est nécessaire. Vous pouvez vous faire accompagner par des professionnels pour réussir cette phase.

Immatriculation au registre de commerce et des sociétés

En tant que commerçant, le courtier en assurance est tenu de s’immatriculer au RCS. L’immatriculation est obligatoire, peu importe la forme juridique pour laquelle vous optez : EURL, SARL, micro-entreprise, etc.

Qu’est-ce que l’ORIAS ? Est-ce obligatoire pour un courtier en assurance ?

Créé en 2007, l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance (ORIAS) a pour mission d’homologuer les intermédiaires en assurance. L’ORIAS est aussi chargé d’assurer la tenue et la mise à jour du registre des intermédiaires en assurance, banque et finance. C’est le registre unique dans lequel tous les intermédiaires dans ces domaines sont obligés de s’inscrire. Dans le cas contraire, ces derniers prennent le risque d’être sanctionnés par la loi.

En effet, par l’article L512-1 du code des assurances, vous êtes tenu de vous inscrire à l’ORIAS pour exercer en tant que courtier en assurance. Vous devez également renouveler cette inscription de façon annuelle. Autrement, vous risquez d’être radié par l’ORIAS.

Après votre inscription, vous aurez votre numéro ORIAS. Ce numéro atteste à vos clients que vous êtes bien enregistré auprès de l’ORIAS. Votre numéro ORIAS doit figurer sur les documents que vous délivrez à vos assurés.

À quelles assurances faut-il souscrire en tant que courtier en assurance ?

En tant que courtier en assurance, il est nécessaire de souscrire à plusieurs assurances pour couvrir votre activité. Toutes les assurances ne sont pas indispensables. Par contre, vous devez obligatoirement souscrire à certaines d’entre elles. C’est par exemple le cas des assurances :
- responsabilité civile professionnelle
- mutuelle d’entreprise
- auto professionnelle
- prévoyance d’entreprise

Vous pouvez également souscrire à d’autres assurances telles que : la prévoyance courtier, une multirisque professionnelle ou une assurance mutuelle courtier. Cependant, ces dernières ne sont pas obligatoires pour votre activité de courtier en assurance.

Faut-il faire un business plan pour devenir courtier en assurance ?

La réalisation du business plan pour un courtier en assurance est une étape à ne pas négliger si vous voulez réussir. En effet, cette étape vous permet de définir votre modèle d’affaires et d’établir le plan d’expansion de votre activité. La réalisation du business plan vous permet aussi de développer votre stratégie commerciale.

Il s’agit par ailleurs d’un document qui détermine les prévisions en termes de chiffre d’affaires et de seuil de rentabilité. Grâce au business plan, vous allez également établir un plan de lancement efficace avec un budget bien élaboré. Vos ressources seront ainsi allouées aux charges qui sont vraiment importantes pour la croissance de votre activité.

En outre, vous pourrez utiliser le business plan pour persuader vos partenaires financiers afin d’obtenir leur accompagnement.

Faut-il faire une étude de marché pour devenir courtier en assurance ?

À l’instar du business plan, il est tout aussi important de réaliser une étude de marché pour devenir broker en assurances. Grâce à l’étude de marché, vous serez en mesure de comprendre les enjeux du domaine des assurances. C’est aussi le meilleur moyen pour vous renseigner sur le marché :
- vérifier si votre clientèle existe réellement
- saisir les besoins de vos futurs clients
- identifier les offres proposées par vos concurrents
- analyser les forces et faiblesses de la concurrence

Par ailleurs, l’étude de marché vous permet de tester votre idée et de réduire les risques. Selon l’agence pour la création de l’entreprise (APCE), 70 % des faillites de jeunes sociétés sont liées à une étude de marché inexistante ou non suffisante.

Courtier en assurance : est-ce une bonne idée de se spécialiser ?

C’est l’une des principales questions auxquelles vous devez répondre pour bien réussir votre activité de courtage en assurance. C’est un choix qui résulte de votre stratégie de développement.

En tant que courtier en assurance généraliste, vous faites face à une concurrence plus accrue. Aussi, la non-spécialisation nécessite plus de ressources. Vous devez également développer une expérience diversifiée dans le secteur afin de répondre convenablement aux attentes des clients.

La spécialisation en tant que courtier en assurance vous offre plus de facilité dans la gestion de votre activité. Vous n’êtes pas dispersé sur plusieurs branches d’activités. Aussi, le fait de vous concentrer sur un seul domaine vous permet de développer une expertise recherchée.

En tant que courtier en assurance spécialisé sur un secteur donné, vous êtes plus à l’aise dans la proposition de produits pertinents et adaptés à votre cible. La spécialisation réduit également la concurrence à laquelle vous faites face. C’est une bonne stratégie pour développer votre activité si vous avez des ressources limitées.

Faut-il acheter un portefeuille client quand on démarre comme courtier en assurance ?

Avoir un bon portefeuille client est primordial pour développer votre activité de courtage en assurance. Cependant, il n’est pas toujours évident de disposer d’un carnet d’adresses avec des clients à prospecter au démarrage. Il faut généralement des mois de travail pour identifier, trier et enrichir une base de données de contacts susceptibles d’être intéressés par vos produits. Ainsi, il faut généralement plusieurs mois avant de conclure un premier contrat.

L’achat de portefeuille client se présente comme une meilleure solution pour ne pas perdre trop de temps et d’argent au début. En partant d’un portefeuille client déjà établi, vous économisez plus de ressources. C’est également un moyen plus rapide pour développer un premier niveau de relations professionnelles dans le secteur des assurances.

Toutefois, il ne faut pas investir dans n’importe quel portefeuille client. La qualité de la base de données client est très importante. Tenez compte des types de clients contenus dans le fichier et de leur poids. Il faut également tenir compte de leurs activités et des risques qui y sont liés afin de déterminer s’ils seront intéressés par vos offres.

Par ailleurs, il faut éviter l’achat des grandes bases de données client. Il est plutôt recommandé d’effectuer régulièrement des achats de petits portefeuilles clients.

Comment trouver des clients quand on commence comme courtier en assurance ?

Vous ne pouvez pas développer votre activité sans recruter et fidéliser de nouveaux clients de façon régulière. Les réseaux sociaux disposent d’un grand potentiel que vous pouvez exploiter.

En effet, vos potentiels prospects ou clients se trouvent parmi les milliards de personnes qui se connectent sur ces plateformes chaque jour. Avec une bonne stratégie de marketing sur les réseaux sociaux, vous pouvez réussir à les attirer. Ainsi, vous pouvez présenter à ces derniers, vos offres et services.

Il existe de nombreuses plateformes de réseaux sociaux et chaque plateforme à ses propres spécificités. LinkedIn par exemple, s’adresse beaucoup plus aux professionnels, recruteurs et entreprises tandis que Twitter mise sur le partage d’information en temps réel. De son côté, Facebook réunit le plus grand nombre d’utilisateurs avec un public très varié. Il y a également d’autres plateformes qui émergent et qui valent le détour : TikTok, Instagram, Shapr, etc.

Pour choisir un réseau social adapté, vous devez tenir compte de vos objectifs : notoriété, acquisition de nouveaux clients, gestion de la relation client, etc. Il faut également prendre en compte les formats de contenus que vous souhaitez diffuser.

Une fois que vous choisissez le ou les réseaux sociaux qui vous conviennent, vous devez travailler votre présence. Commencez par remplir toutes les sections disponibles et mettez en valeur votre activité. Parlez de vos points forts et des petits plus que vous offrez contrairement à la concurrence.

Vous pouvez aussi mettre en avant vos compétences techniques comme l’écoute, la patience, la rigueur, etc. Il n’est pas important de vous inscrire sur toutes les plateformes. C’est préférable de concentrer votre énergie et vos ressources sur les réseaux sociaux les plus pertinents pour votre activité.

Après la configuration de vos profils sur les réseaux sociaux, vous devez publier régulièrement du contenu pour être visible. Préférez les contenus qui apportent de la valeur ajoutée à votre audience. S’il est important d’être régulier, la pertinence de ce que vous publiez est indispensable.

Pour finir, n’hésitez pas à afficher vos retours client et vos recommandations. Prenez également le temps de lire et de répondre aux préoccupations et aux avis de votre réseau. En fonction de vos cibles et de vos moyens, vous pouvez exploiter d’autres stratégies marketing et canaux comme :
- prospection directe
- email marketing
- site web et optimisation SEO
- collaboration avec des influenceurs

Faut-il recruter des apporteurs d’affaires quand on est courtier en assurance ?

Le rôle de l’apporteur d’affaires est de vous aider dans l’acquisition de nouveaux clients ou dans le développement de partenariats. En tant que courtier en assurance, vous pouvez recruter des professionnels en apport d’affaires.

Ces derniers pourront vous aider à assurer la pérennité de votre activité. Les apporteurs d’affaires peuvent intervenir de façon ponctuelle ou collaborer avec vous sur le long terme.

Il faut noter qu’il s’agit d’une activité non réglementée. De ce fait, il est recommandé de rédiger un contrat qui détermine les modalités de votre collaboration. La rémunération de vos apporteurs d’affaires est précisée dans ledit contrat.

Les apporteurs d’affaires peuvent être rémunérés sur la base d’une commission sur chaque contrat ou client gagné, une rémunération forfaitaire + commission, etc. Il est important de mentionner dans le contrat, dès le départ, les conditions dans lesquelles l’apporteur est rémunéré : est-ce lorsque le client signe le contrat ? Ou simplement lorsque l’apporteur d’affaires vous met en relation avec le prospect ?

Comment se rémunère un courtier en assurance ?

Le courtier en assurance est rémunéré sur la base d’une commission sur chaque contrat vendu. La commission est versée par la société d’assurances auprès de laquelle son client a souscrit à l’assurance. Il s’agit d’une commission récurrente sur toute la durée du contrat. Généralement, la rémunération du courtier varie entre 10 et 30 % de la prime d’assurance HT.

Le courtier en assurance peut également rajouter à ces commissions, des frais de dossiers qui sont payés par le client.

Combien gagne un courtier en assurance ?

En France, le chiffre d’affaires d’un courtier en assurance oscille entre 115  000 et 250  000 euros. Toutefois, il s’agit d’une indication qui varie en fonction de plusieurs paramètres.

Le pourcentage de vos commissions est l’un des principaux facteurs de variation du chiffre d’affaires. Aussi, la mise en place ou non d’une équipe ou d’une agence peut influencer considérablement votre revenu. Enfin, il y a la densité de la concurrence sur le marché et particulièrement, au niveau de votre clientèle cible.

À lire également

Guide pour rédiger le business plan d'un courtier en assurance
Ouvrir un cabinet de courtage en assurance : quel budget ?