5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

Les chiffres du marché des clubs et discothèques en France

Les chiffres à connaître sur les clubs et discothèque en France

Les Français ont toujours aimé sortir, profiter de la nuit et des ambiances des clubs et discothèques. L’offre est pléthorique, dans les centres-villes ou en région et les clubs ne tarissent pas d’idées pour attirer toujours plus de clients. Investir dans le secteur peut s’avérer très rentable à condition de bien choisir son concept et son implantation.

Comment ouvrir une discothèque en France ? Quelle est la réglementation en vigueur ? L’activité est-elle toujours rentable ? Découvrez nos réponses dans cet article.

Vous retrouverez également des chiffres complémentaires pour ce marché dans notre modèle de business plan pour une discothèque. À noter que les chiffres contenus dans ce fichier sont actualisés tous les 6 mois.

1 500 clubs et discothèques en France

Selon les chiffres partagés par la SACEM, on comptait 1 500 clubs et discothèques en France en 2020. Établies sur tout le territoire, elles font, selon Le Figaro, un chiffre d’affaires global qui se rapproche du milliard d’euros. Elles sont bien plus rentables par rapport aux autres secteurs de l’événementiel. Ce, même après avoir affiché une perte entre 20 % et 40 % sur la période 2010 -2021.

Source : Permis-de-Exploitation.com

Un secteur qui emploie près de 42 000 personnes

Le secteur emploie plus de 42 000 personnes. Cependant, selon les chiffres partagés par l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie), 152 établissements ont fermé leurs portes en 2021, ce qui a bien évidemment généré des pertes d’emplois.

Source : La Tribune

Une baisse de fréquentation de 15 à 20 %

Sur ces deux dernières années, les établissements ont dû compter avec une baisse de fréquentation de l’ordre de 15 à 20 % selon les régions. En cause, la réglementation en matière de nuisances sonores qui a été revue et qui a surtout impacté les discothèques situées dans les centres villes.

Source : jesuisentrepreneur.fr

Un chiffre d’affaires moyen de 600 000 €

En France, le chiffre d’affaires moyen d’une discothèque est estimé à environ 600 000 €. Il y a bien évidemment des disparités entre les régions et celles de la capitale qui engrangent plus de bénéfices.

Avant de se lancer, il est intéressant de s’assurer du potentiel commercial de la zone d’implantation visée. En effet, un positionnement dans un arrondissement chic de Paris peut faire la différence.

Source : Clubentreprise

Un investissement de départ entre 50 000 € et 300 000 €

Pour reprendre une petite discothèque, il faut compter avec un budget de départ de 50 000 € à 300 000 €. Outre le fonds de commerce, il y a les charges fixes telles que le loyer, les salaires, les impôts et les taxes ou encore l’assurance qui peuvent être élevés. À noter que la recherche de financement bancaire pour ce genre d’activité s’avère assez difficile.

Source : creerentreprise.fr

Une redevance au titre des droits d’auteurs à hauteur de 8 % du CA

Avant de pouvoir ouvrir, il y a certaines autorisations obligatoires à disposer, dont la licence pour les boissons alcoolisées. Il est également impératif d’obtenir une autorisation d’ouvrir la nuit entière. Ceci est à demander auprès de la préfecture de la ville de l’installation.

À cela s’ajoute le contrat de représentation avec la SACEM. Il faudra par ailleurs s’acquitter d’une redevance au titre des droits d’auteurs dont le montant représente 8 % du chiffre d’affaires. Enfin, un versement de 1,65 % du chiffre d’affaires à la SPRE devra aussi être fait.

Source : FRANCE ATTRACTIVE

Une licence de plein exercice à 7 500 €

Pour pouvoir ouvrir, il faudra également disposer de la licence IV, à obtenir auprès de la mairie ou obtenu à la suite d’un transfert. Pour ce dernier, il faudra compter avec les frais de mutation qui viennent confirmer le changement de propriétaire de la licence. À noter que la licence de plein exercice coûte 7 500 €, mais peut aller jusqu’à 50 000 € dans certaines localités.

Source : STAGES PERMIS

Un apport de 40 à 50 % pour bénéficier d’une aide

Les banques sont assez réticentes lorsqu’il s’agit d’octroyer une aide à la création d’entreprise pour ce genre d’activité. Cependant, certaines acceptent tout de même de sauter le pas et de proposer un prêt à un taux intéressant.

En contrepartie, l’investisseur devra démontrer que son affaire est rentable. Il devra également disposer d’un apport personnel de 40 à 50 % du montant du bien à acquérir dans le cas d’une reprise.

Source : Crédit Professionnel.com

Une amende de 1 500 à 3 000 € pour non-respect des règles relatives aux niveaux sonores

Les clubs et discothèques doivent respecter le niveau sonore maximum de 102 décibels. Il est aussi obligatoire d’aménager un espace de repos auditif pour les clients. En cas de non-respect de cette règle, l’établissement risque une amende allant de 1 500 € à 3 000 €.

Source : Permis-de-Exploitation.com

3 types de clubs et discothèques en France

La répartition des clubs et discothèques en France se fait sur trois niveaux. Il y a ce que l’on appelle les grandes boîtes de nuit qui peuvent accueillir plus de 1 000 personnes. Encore très peu nombreuses sur le territoire, elles peuvent cependant attirer des clientèles jusqu’à 200 km aux alentours.

Il y a ensuite les boîtes de nuit de taille moyenne dont la capacité d’accueil va de 200 à 1 000 personnes. Leur offre se base sur des salles avec des ambiances différentes, ce qui séduit aisément une large clientèle. Enfin, il y a les petites discothèques dont la capacité d’accueil est de moins de 200 personnes et dont l’activité est souvent saisonnière.

Source : jesuisentrepreneur.fr

70 % de la clientèle sont âgés de moins de 25 ans

La clientèle des clubs et discothèques est composée à 70 % de jeunes âgés de moins de 25 ans. Cependant, on retrouve une petite proportion des moins de 40 ans qui choisissent de passer leur fin de soirée en club. Ce qui fait qu’il faut penser à varier l’offre et à l’adapter à toutes les tranches d’âge.

Source : Crédit Professionnel.com

Le terme boîte de nuit a fait l’objet de recherche sur Google 60 500 fois

En 2019, la requête 2019 boite de nuit a été tapé 60 500 fois et discothèque paris, 4 400 fois. D’autres recherches telles que boîte de nuit paris (18 100 fois) ou encore night-club paris (1 300 fois) ont également été faites sur Google. En évaluant les trends et les requêtes faits sur Google, il est ainsi plus facile de définir la segmentation à faire.

Source : Clubentreprise

À lire également

Le guide pour construire le business plan d'une discothèque