5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

11 chiffres à connaître sur les bars e-sport en France

Marché des bars e-sport en France

L’engouement des Français pour l’e-sport est tel qu’il a contribué à la création d’opportunités d’affaires, notamment les bars e-sport. Ces endroits ont ainsi fleuri de part et d’autre du territoire.

Le concept est simple : c’est un endroit hype où l’on peut siroter une bière entre deux sessions de jeux vidéos. S’ils ont été pendant longtemps destinés à un marché de niche et aux vrais passionnés de gaming, ils sont désormais ouverts au grand public.

Est-il intéressant d’investir dans le secteur ? À combien s’élève l’apport personnel nécessaire pour le lancement d’un tel établissement ? L’activité est-elle rentable ?

Découvrez les réponses dans cet article.

Un CA à 50 millions d’euros

Même si la France est quelque peu à la traine par rapport à certains pays, il reste qu’elle a enregistré un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros en 2019. L’activité s’avère très rentable et au niveau européen, la France dépasse largement l’Espagne qui, elle, affiche 27 millions d’euros sur la même année tandis que le Royaume-Uni en a enregistré un chiffre d’affaires de 71 millions.

Source : afjv

7,8 millions de consommateurs d’e-sport

En 2020, on comptait en France 4,5 millions de consommateurs d’e-sport (9 %), 2 millions de consommateurs et de pratiquants (4 %), 1,3 million de pratiquants (3 %) ce qui fait au total plus de 7,8 millions de consommateurs/pratiquants de e-sport (16 %) et qui sont d’une moyenne d’âge de 15 ans et plus. Pour rappel, les consommateurs sont ceux qui regardent les compétitions de jeux vidéos tandis que les pratiquants sont ceux qui y jouent et qui participent aux compétitions.

Source : FRANCE ESPORTS

Un investissement de 60 millions d’euros

En trois ans, c’est plus de 60 millions d’euros qui ont investi dans le secteur de l’e-sport en France. Rappelons qu’en 2017, seulement 5 millions d’euros ont été injectés au secteur et les chiffres sont passés à 29 millions en 2019, ce qui fait une croissance de près de 480 %. Cela démontre d’ailleurs que la filière e-sport a de belles années devant elle et les levées de fonds qui sont régulièrement opérées viennent le confirmer.

Source : afjv

189 joueurs professionnels en France

Au niveau national, le secteur de l’e-sport est bien structuré. En 2019, la filière a contribué à la création de 645 emplois et compte près de 189 joueurs professionnels ayant déjà participé pour la plupart à des tournois internationaux et qui ont de bonnes années d’expérience de jeu. La filière compte également un secteur associatif, mais qui n’est pas encore bien structuré pour qu’on puisse en sortir des statistiques ?

Source : afjv

53 % des Français jouent aux jeux vidéos

Le marché de e-sport est très dynamique et l’engouement des Français pour les jeux vidéos y est pour quelque chose. 62 % des Français considèrent que le jeu vidéo est une activité ludique tandis que 53 % avouent en jouer. 24 % en jouent presque tous les jours et 47 % des joueuses sont des femmes. La moyenne d’âge des joueurs est par ailleurs de 34 ans, ce qui vient contredire les idées reçues selon lesquelles les joueurs sont pour la plupart des moins de 15 ans.

Source : WikiCréa

Un apport personnel de 65 000 €

Pour ouvrir un bar e-sport en franchise, il faut compter avec un apport personnel d’environ 65 000 € et des droits d’entrée de 9 300 €. Chez Meltdown, le franchisé devra ainsi prévoir un investissement global de 190 000 à 300 000 € afin d’espérer faire un chiffre d’affaires de 275 000 € après deux ans d’activité.

Source : Observatoire de la franchise

60 000 € d’investissements en matériels et équipements divers

Pour ouvrir un bar e-sport, il ne suffit pas d’investir dans un local, il faut également penser à l’installation de stations de jeu, c’est-à-dire des écrans, unité centrale avec des souris et des claviers ou encore des consoles de jeu avec des manettes. À cela s’ajoutent les banquettes et les chaises et avec un rapide calcul, on peut aisément tabler sur 3 000 € pour chaque poste de jeu et pour une vingtaine de places, il faudra ainsi prévoir dans les 60 000 €.

Source : George Laniac

6 % de femmes dans la catégorie « amateur »

En France, sur les 10,3 millions de joueurs grand public ,53 % sont des femmes et 47 % d’entre eux sont des hommes. Dans la catégorie de l’e-sport de loisir, sur les 2,1 millions, on retrouve 30 % de femmes contre 70 % d’hommes. Enfin, dans la catégorie des amateurs qui compte 1,2 million de joueurs, on ne retrouve qu’une petite proportion de joueurs féminins (6 %) et beaucoup plus de joueurs masculins (94 %).

Source : BDM

3 bars e-sports à découvrir à Paris

En termes de bars e-sport, il y a le choix, mais parmi les précurseurs de cette tendance et dont l’activité marche bien, on citera bien évidemment le Metdown situé dans le 10e arrondissement de Paris. Le Dernier Bar est aussi très réputé auprès des joueurs de la capitale. On peut s’y restaurer, boire un verre ou deux et bien sûr, jouer entre amis. Dans le même style, le Reset Bar situé dans le 1er arrondissement de Paris propose l’offre Gaming & Drinking, de quoi ravir les gameurs et les gameuses.

Source : SORTIR À PARIS

Ouverts aux plus de 16 ans

Il est intéressant de rappeler que les bars e-sport ne sont accessibles qu’aux joueurs âgés de 16 ans et plus. Pour la plupart, ils ne servent de l’alcool qu’aux joueurs majeurs et proposent régulièrement une série de challenges et tournois divers. Les joueurs restent jouer en moyenne pendant deux heures et la majorité des bars e-sport demandent à leurs clients de consommer durant leurs temps de jeu.

Sources : PARIS et SUD OUEST

348 millions d’heures de vues pour League of Legends

En 2020, le le jeu esport le plus regardé sur les plateformes de streaming et de vidéos est League of Legends. Il a en effet enregistré plus de 348 millions d’heures de vue. Après lui, on a Counter Strike : Global Offensive avec 215 millions d’heures vues, DOTA 2 avec 199 millions d’heures vues, Overwatch avec 110 millions d’heures vues et Hearthstone avec 37 millions d’heures vues.

Source : BDM