5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

12 chiffres à connaître sur le marché des pressings en France

Le marché des pressings en France

Les pressings ont toujours été lucratifs et ces dernières années, de nouveaux concepts ont émergé venant améliorer les processus de nettoyage professionnel. Que vous souhaitez vous lancer en indépendant ou rattaché à un réseau de franchise, il y a de nombreux avantages à investir dans ce type d’établissement. Comment se porte actuellement le marché du pressing en France ? Quid de la concurrence ? Peut-on espérer une belle rentabilité avec ce genre d’activité ? Découvrez les réponses à ces questions dans notre article.

Un CA global de 711 millions d’euros

Le marché du pressing pèse plus de 11 milliards d’euros en Europe et en France, le chiffre d’affaires global des pressings, teintureries et blanchisseries était de 711 millions en 2019. Ce chiffre, partagé par l’INSEE a été évalué d’après les CA de 8673 entreprises répertoriés sur l’ensemble du territoire. Pour rappel, le secteur des pressings en France se répartit en 3 groupes à savoir les pressings traditionnels, les pressings discount et les pressings haute qualité.

Sources : MY BUSINESS PLAN , COWASH et CAPITAL

115 200 € de CA annuel

Un pressing peut faire entre 57 600 et 115 200 € de chiffre d’affaires annuel. Par jour, les chiffres sont évalués entre 230 et 460 €, mais ce qu’il faut savoir, c’est que le nombre d’articles à traiter par jour, la renommée, le taux de fréquentation de l’enseigne ainsi que le prix de traitement des pièces entrent en compte dans le calcul de la rentabilité du pressing.

Source : Aqua bleu

4000 pressings en France

Au début des années 2000, il y avait près de 8000 pressings et teintureries en France. Aujourd’hui, il n’y en a plus que 4000. Les leaders dans le secteur sont pour la plupart de grands groupes tels que 5 à sec, qui possèdent près de 300 établissements sur tout le territoire ou encore Aqualogia, spécialisé dans le pressing écologique. Qu’est-ce qui explique cet écart ? La concurrence de plus en plus rude, la réglementation qui a été durcie depuis 2020, mais aussi les préoccupations écologiques.

Sources : Cowash et Toute la franchise

Entre 672 € et 4 114 € brut par mois

Un pressing peut gagner entre 672 et 4 114 € brut par mois en France, ce qui fait un salaire moyen mensuel de 1814 € brut. En comparaison, un artisan commerçant peut gagner jusqu’à 3 873 € par mois. Bien évidemment, le salaire peut augmenter en fonction de la renommée et du lieu d’implantation de l’établissement.

Source : JDN

Un apport personnel de 40 000 €

Pour intégrer une franchise de pressing, il faut prévoir un apport personnel de 30 000 à 40 000 €. La plupart des réseaux qui demandent un apport aussi élevé sont les plus connus et offrent des perspectives de chiffres d’affaires élevées. Il est bien évidemment possible d’intégrer des réseaux avec 10 000 €, mais il faudra se contenter d’un chiffre d’affaires moindre après deux ans d’activité.

Source : Toute la franchise

300 pressings à Paris

Rien que dans la capitale, on compte près de 300 établissements de pressing. Certains arrondissements en comptent plus que d'autres voire une dizaine de plus que d'autres, ce qui fait que la répartition n’est pas stable. Par exemple, le 1er arrondissement compte 1 seul pressing alors qu’on en trouve 34 dans le 15e. Du côté des tarifs, les services sont relativement plus élevés par rapport aux autres grandes villes de France et en province. Comptez par exemple 5,34 € pour une chemise nettoyée, repassée et pliée.

Source : Cowash

15 % des pressings sont des franchisés

Si la plupart des acteurs sur le marché du pressing sont des indépendants, il reste que 15 % sont des franchisés. Beaucoup de jeunes entrepreneurs qui se lancent dans le secteur choisissent en effet de se rattacher à un réseau pour se lancer. Les avantages sont nombreux : ils bénéficient de la notoriété du réseau et d’un accompagnement de professionnels dans le domaine lors du lancement de l’activité.

Source : Toute la franchise

56 % des Français optent pour le pressing

Selon le baromètre COFREET/Ipsos 2019, l’entretien des vêtements est essentiel pour 56 % des Français. 60 % des Français estiment par ailleurs que les consignes d’entretien mentionnées sur l’étiquette des vêtements doivent être suivies à la lettre. 37 % des Français s’intéressent quant à eux au développement durable et s’en remettent à ce label lors du choix du pressing idéal.

Source : Avisé

10 % des pressings français sont équipés de machines écologiques

Le pressing écologique a le vent en poupe en France. Selon Cofreet, 10 % des établissements sont actuellement équipés de systèmes tels que l’aqua-nettoyage et le séchage naturel. D’après les études du Centre technique de la teinture et du nettoyage (CTTN), 50 à 70 % des articles étiquetés peuvent subir un traitement de nettoyage à l’eau, réduisant ainsi le recours au nettoyage à sec.

Source : L'Hôtellerie Restauration

95 € pour le nettoyage d’un costume

Le tarif des pressings à Paris diffère selon les arrondissements. Dans l’Ouest parisien, un établissement demandera 7 € pour le nettoyage, le repassage et le pliage d’une chemise tandis que pour les mêmes prestations, un pressing dans le 8e arrondissement en demandera 11 € et un autre 35 €. Dans l’Est parisien, la grille tarifaire reste plus accessible, notamment dans le 10e arrondissement où les mêmes prestations sont proposées à 4,19 €. Pour le nettoyage d’un costume, comptez 16,97 € en moyenne et à près de 95 € dans le 8e arrondissement.

Source : Cowash

Une marge brute située entre 85 % et 90 %

Un pressing requiert un investissement de départ assez faible par rapport à un restaurant par exemple. Cependant, il se révèle tout aussi rentable et si l’on se réfère aux chiffres d’un des leaders dans le secteur, Aqualogia, on peut affirmer que les pressings ont une marge brute située entre 85 % et 90 %.

Source : Aqualogia

Le pressing à domicile à partir de 3 €

Pour bénéficier de prestations de pressing à domicile, il faut compter 3 € au minimum pour un nettoyage classique, à partir de 6 € pour un kilo de linge destiné au repassage et à partir de 1 € pour des retouches. Dans un établissement de pressing traditionnel, il faut payer dans les 3,99 € par exemple pour le nettoyage d’une chemise sur cintre, 16,50 € pour le nettoyage d’un trench, 12 € pour le nettoyage d’une couette et dans les 25 € pour des sneakers.

Source : Aqualogia