5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

Quel est le meilleur business model pour une dark kitchen ?

Ouvrir une dark kitchen

Vous envisagez l'ouverture d'une dark kitchen ? C'est une activité qui a le vent en poupe depuis quelques années.

Cependant, comment fonctionne réellement une dark kitchen ? Quels sont les différents business models appliqués dans le secteur ? Lequel conviendrait le mieux à votre projet ? Y-a-t-il des différences de profits et de rentabilité entre les différents business models possibles pour un restaurant virtuel ?

Dans cet article, nous avons présenté tous les business models possibles pour une dark kitchen, afin de vous aider à choisir celui qui vous conviendra.

Notez que notre équipe d’experts mène une veille constante du marché. Ces derniers collectent des données, les analysent et les mettent en forme. Tout le fruit de leur travail se trouve dans les documents du pack complet pour une dark kitchen.

Le modèle traditionnel

Il s'agit du business model standard qu’on observe dans le secteur des restaurants virtuels. Ce modèle consiste à exploiter une seule cuisine, sans mettre à disposition (de la clientèle) une salle à manger.

Les restaurants de ce type disposent en règle générale d'une équipe bien formée et dynamique. Ainsi, ils sont en mesure d'optimiser les opérations et de gérer efficacement les commandes en ligne et les livraisons.

Les dark kitchens traditionnelles développent généralement un seul type de cuisine et une seule marque.

Par ailleurs, pour gérer les commandes et les livraisons, les restaurants virtuels standards peuvent prendre appui sur les plateformes de livraison tierces.

Les dark kitchens multimarques

À travers ce modèle économique, le restaurant virtuel propose plusieurs types de cuisines sous différentes marques.

Par exemple, le même restaurant fantôme peut proposer une cuisine italienne sous une marque et des hamburgers sous une autre marque.

La collecte et l'analyse de données à travers une étude de marché approfondie pour votre dark kitchen sont des facteurs déterminants de la réussite de ce modèle.

En effet, chaque marque est unique sur le plan marketing : communication, identité visuelle, site web, emballages, etc. Il est donc primordial de bien connaître le besoin des clients pour développer une dark kitchen multimarque à succès.

De façon générale, les restaurants fantômes multimarques exploitent les mêmes ressources, les mêmes équipements et la même cuisine pour réduire les charges. En procédant ainsi, les restaurants virtuels multimarques gagnent également en efficacité et en organisation.

Par ailleurs, ce modèle offre plus de flexibilité aux restaurants. En effet, vous avez la possibilité de tester plusieurs concepts. Par exemple, vous pourrez adapter aisément votre offre et vos menus en fonction de l’évolution des modes de consommation.

Les dark kitchen à emporter

Il s'agit d'un modèle hybride entre un restaurant traditionnel et un restaurant virtuel.

En effet, les dark kitchens à emporter proposent souvent une salle pour accueillir les clients. Il ne s'agit toutefois pas d'une salle de restauration. Les clients peuvent s'y installer le temps que leurs plats soient préparés. Ainsi, ils ont la possibilité d'observer vos équipes rompues à la tâche et d'interagir avec ces dernières. Il faut noter que de nombreuses personnes apprécient ce mode de fonctionnement, cela leur permet de conserver un certain contact avec leur restaurant.

Ce business model offre certains avantages non négligeables. En effet, comme évoqué, vous bénéficiez d'un lien commercial avec les clients. Aussi, vous avez plus de possibilités en ce qui concerne votre marketing. Par exemple, vous pouvez proposer des cartes de fidélité et vendre des produits complémentaires sur place.

Il faut également noter que vous avez plus de contrôle sur votre relation client. En réservant un accueil et un traitement chaleureux aux clients, vous êtes à même d'augmenter votre notoriété et d'amplifier l’effet “bouche-à-oreille” autour de votre activité.

Par ailleurs, il faut noter que ce modèle nécessite plus d'investissement qu'une dark kitchen traditionnelle. En effet, il faut investir un budget prévisionnel pour votre dark kitchen plus important, afin d’avoir un espace plus large. Il y a également les dépenses liées à la mise en conformité et la décoration du local.

Les dark kitchens qui appartiennent aux plateformes de livraison

Dans ce modèle, la cuisine et les infrastructures de base sont entièrement mises à la disposition des restaurants par les plateformes de livraisons.

Ainsi, les entreprises de restauration s'occupent de la cuisson des aliments, en louant l'espace auprès des agrégateurs de livraison. Il faut noter que, à l’évidence, le restaurant bénéficie des infrastructures nécessaires pour recevoir et gérer les commandes en ligne, auprès de l’agrégateur de livraison.

Par ailleurs, il convient de préciser que plusieurs cuisines peuvent fonctionner dans un même espace. Autrement dit, plusieurs restaurants peuvent opérer au même moment dans un espace plus large.

Les dark kitchens appartenant aux agrégateurs de livraison "plus"

Il s'agit, en quelque sorte, d'une version premium du modèle précédent. En effet, dans le présent modèle, les restaurants bénéficient d'équipements plus optimisés et professionnels.

Les agrégateurs mettent également à leur disposition d'autres avantages. Par exemple, les restaurants peuvent bénéficier d'un espace pour accueillir les clients, à l'instar des dark kitchens à emporter.

Aussi, les agrégateurs offrent aux restaurants de ce genre des services tels que :
- la gestion et le suivi des commandes
- la gestion du personnel
- le marketing
- la gestion de la demande basée sur la collecte et l'analyse des données

Les dark kitchens externalisées

Il s'agit d'un business model plus récent dans l'univers des restaurants virtuels.

En résumé, l'entreprise de restauration externalise la majorité du processus de production, excepté quelques touches finales. Généralement, il s'agit d'un partenariat avec une ou plusieurs restaurants sous-traitants, spécialisés dans la préparation des plats en question.

Les restaurants sous-traitants prennent en charge le traitement et la livraison des commandes de façon générale. Le restaurant principal, lui, se charge de développer l'activité en mettant en œuvre les stratégies marketing adaptées. Ce dernier se charge également d'apporter de la valeur ajoutée à l'activité sur le marché, à travers une meilleure présentation des plats par exemple.

À lire également

Guide complet pour ouvrir une dark kitchen rentable
Chiffre d'affaires et rentabilité d'une dark kitchen
Dark kitchen et réseaux sociaux
Le budget prévisionnel d'une dark kitchen
La liste des équipements nécessaires pour ouvrir une dark kitchen