5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

Ouvrir un salon de thé : le guide complet

Ouvrir un salon de thé

Il y a seulement quelques années, les salons de thé se contentaient de proposer un service assez rudimentaire, en se limitant uniquement à quelques boissons et à de simples viennoiseries.

Toutefois, ce secteur s’est bien inspiré des tendances mondiales pour s’enrichir et apporter plus d’originalité. Aujourd’hui, le salon de thé est bien plus qu’un endroit fait pour manger et boire. Il vous permet de découvrir plusieurs formes d’art, de lire des livres et même de vous ouvrir sur d’autres cultures.

Vous voulez ouvrir votre propre salon de thé ? Vous vous demandez par où commencer ? Quelles sont les démarches ? Est-ce une idée rentable ? Quel est le chiffre d’affaires d’un salon de thé ? Comment attirer ses premiers clients ? Quelles sont les dépenses pour démarrer ? Nous répondons à toutes ces questions.

Quel futur pour le secteur des salons de thé ?

Pour leur rentabilité et leur accessibilité, les salons de thé ont su attirer un nombre impressionnant d’investisseurs français, tout au long des dernières années. Ce marché a su profiter de l’engouement des français pour le thé, dont la consommation a augmenté de plus de 28 % depuis 4 ans. Selon le site Étude & Analyses, la clientèle des salons de thé se rajeunit et cela a naturellement un impact positif sur le revenu total du marché.

L’Observatoire de la franchise rappelle que deux tiers des français consomment souvent du thé et que la moitié d’entre eux apprécient particulièrement le thé infusion. Tout au long des deux dernières décennies, la consommation de thé en France a quasiment triplé. Cela dit, cette tendance n’est pas uniquement française. Aujourd’hui, la planète consomme plus de 1.5 milliard de verres de thé, chaque jour. En plus, la grande variété de thés fait que chacun peut trouver son genre préféré.

Dans la même optique, Businesscoot et Études & Analyses déclarent que 20 % des thés consommés en France ont été commandés dans des salons de thé. On comprend donc pourquoi ces établissements ont connu un franc succès, tout au long de la dernière décennie. Durant cette période, le nombre de salons de thé s’est décuplé, surtout dans la région PACA et en Île-de-France. Il est également intéressant de noter que le chiffre d’affaires des produits à base de thé s’élève à plus de 300 millions d’euros et que sa croissance exponentielle persiste depuis déjà plusieurs années.

Par ailleurs, comme l’indiquent les journaux L’OBS et Le Figaro, le coût d’une tasse de thé est plutôt bas. Avec seulement 2.5 € la tasse, il est possible de gagner au moins 1.5 € avec chaque commande. Cela dit, dans les salons de thé les plus luxueux, cette marge de bénéfice s’élargit honteusement. En effet, dans ce genre d’établissements, une formule simple comprenant une tasse de thé et une viennoiserie coûte 55 €, en moyenne.

Faut-il un diplôme pour ouvrir un salon de thé ?

Vous pouvez ouvrir un salon de thé sans avoir de diplôme. Cela dit, il est important de noter qu’en étant diplômé, vous n’aurez plus besoin d’avoir un minimum de 3 ans d’expérience professionnelle. Vous serez donc en mesure de lancer votre activité plus rapidement. De plus, vous avez tout à gagner à suivre certaines formations importantes. Ces dernières vous seront forcément utiles dans la gestion de votre établissement.

Voici quelques exemples :
- le Cac professionnel restauration
- le CAP Cuisine
- le CAP Pâtissier

Quelles sont les démarches et étapes pour ouvrir un salon de thé ?

Pour les formalités, vous devez vous adresser à la Chambre des Commerces et de l’Industrie (CCI). Cette dernière vous aidera grandement dans la gestion de votre entreprise. Elle vous permettra également de suivre la bonne démarche pour créer votre salon de thé, auquel il est possible d’attribuer un des deux statuts juridiques suivants.

Ouvrir un salon de thé avec une entreprise individuelle

Si vous ouvrez votre salon de thé en tant qu’entreprise individuelle, la procédure à faire sera la plus simple. Pour cela, il vous suffit de déclarer la création de l’établissement en vous adressant à l’URSSAF. Cependant, sachez que cette option vient avec deux inconvénients majeurs, qui sont :
- le chiffre d’affaires est plafonné (qui risque de limiter vos gains financiers)
- les charges financières sont non déductibles du chiffre d’affaires

Ouvrir un salon de thé avec la création d’une société

Vous pouvez également choisir de créer une société. Cette option présente quelques avantages intéressants, mais les démarches à suivre sont nettement plus fastidieuses. Pour faire de votre salon de thé une société, vous devez procéder à l’enregistrement au Registre de Commerce et des Sociétés (RCS).

Avant de lancer la procédure, n’oubliez pas de trouver un nom pour votre salon de thé. Il est préférable que ce dernier soit accrocheur, mais surtout, qu’il ne soit pas déjà utilisé par un concurrent. N’hésitez pas à consulter la base de données de l’INPI pour savoir si le nom que vous avez choisi est libre d’utilisation.

Quelle est la réglementation pour ouvrir un salon de thé ?

Comme indiqué plus haut, l’ouverture et l’exploitation d’un salon de thé ne nécessite pas de diplôme. Ceci dit, vous pouvez profiter d’un des diplômes précédemment cités afin de vous faciliter la gestion de l’établissement.

À savoir que, si vous préparez vos pâtisseries vous-même, il est alors impératif d’avoir un CAP Pâtisserie. Alternativement, vous pouvez travailler 3 années dans le milieu, comme travailleur indépendant. Il est également important de rappeler que passer le stage de préparation à l’installation n’est plus une obligation.

Ainsi, pour ouvrir un salon de thé, vous devez :
- assister à la formation "Hygiène alimentaire dans la restauration"
- respecter les conditions d’hygiène exigées par les autorités, notamment, les températures de conservation et de congélation des aliments
- appliquer les normes de sécurité incendie et d’accessibilité imposées aux établissements ouverts au public (dont les personnes handicapées)
- assister à la formation "Permis d’exploiter" (cela vous permettra de vendre de l’alcool dans votre établissement)
- afficher les prix, et les mettre bien en évidence
- présenter une enseigne qui indique tous les produits contenant des allergènes (doit être visible pour tous les clients)
- présenter à la mairie une demande de permis d’exploitation de la terrasse (si possible)
- payer les redevances à la SACEM pour diffuser de la musique
- ne pas ouvrir l’établissement durant les horaires prohibés par la préfecture

Assurance pour ouvrir un salon de thé

Quelles assurances pour ouvrir un salon de thé ?

Comme tous les établissements ouverts au public, les salons de thé doivent être assurés. En France, certaines assurances sont imposées par l’Etat. Il s’agit des suivantes :
- la responsabilité civile
- les pertes d’exploitation
- les incendies et les explosions

Grâce à ces assurances, vous vous protégez, en tant qu’entrepreneur, et vous protégez également votre bâtiment et votre personnel. Ces différentes couvertures sont jugées vitales par l’Etat Français, et c’est pour cette raison qu’elles sont obligatoires.

Bien entendu, vous avez aussi la possibilité de vous protéger davantage, en optant pour des assurances additionnelles.

Voici quelques exemples intéressants :
- bris de glace
- le vol et le vandalisme
- les inondations
- perte de valeur vénale du fonds de commerce
- pertes de marchandises sous température régulée

Vous pouvez également vous protéger contre la volatilité des prix des stocks. Cela dit, afin de garantir votre couverture, vous devez impérativement en informer votre assureur au préalable.

En choisissant les meilleures assurances, vous serez en mesure de vous protéger d’une multitude de sinistres, tout en préservant la rentabilité moyenne de votre salon de thé.

Faut-il faire un business plan pour ouvrir un salon de thé ?

Un bon business plan de votre salon de thé fait partie des piliers principaux sur lesquels repose votre activité.
Rédiger un business plan pour l’ouverture de votre salon de thé vous permet notamment de :
- établir une feuille de route et suivre une bonne stratégie de développement
- augmenter le chiffre d’affaires grâce à un marketing efficace
- lister les dépenses majeures et préparer le
- obtenir le financement nécessaire, puisqu’il permet aux investisseurs budget adéquat
- estimer avec précision le chiffre d’affaires et la rentabilité du salon de thé
- d’avoir une idée plus claire sur le potentiel réel

Faut-il faire une étude de marché pour ouvrir un salon de thé ?

Avant d’ouvrir un salon de thé, il est essentiel de faire une étude de marché. En effet, cette dernière vous permet de :
- mieux comprendre la demande sur le marché
- analyser les stratégies des concurrents
vous distinguer de ces concurrents en construisant des avantages concurrentielles
- vous adapter à la dynamique du marché global en l’étudiant
- profiter des nouvelles tendances de marché avant vos concurrents

Quel budget pour ouvrir un salon de thé ?

En France, un nouveau salon de thé coûte entre 75 000 € et 165 000 €. Le budget prévisionnel de votre salon de thé doit donc se situer dans cette fourchette de prix.

Bien entendu, la somme à investir peut varier significativement en fonction de plusieurs facteurs, comme :
- l’emplacement du local qui accueillera le salon de thé
- l’espace à disposition
- le nombre de tables et de chaises
- la qualité et la taille de l’équipement installé
- l’effectif à embaucher pour l’ouverture du salon de thé

Pour estimer précisément votre budget, vous pouvez utiliser le prévisionnel financier pour un salon de thé.

Quels sont les équipements, matériels et fournitures nécessaires pour ouvrir un salon de thé ?

La réussite d’un salon de thé repose sur l’accueil des clients dans un espace chaleureux et convivial pour leur servir des thés et des pâtisseries de qualité. Il est donc important d’aménager le salon de thé de façon à ce qu’il soit le plus confortable possible. Il faut également prévoir quelques équipements pour le bon fonctionnement de l’établissement.

Le matériel nécessaire pour ouvrir un salon de thé se constitue de :
- des tables et des chaises pour recevoir les clients
- une bouilloire électrique
- des éléments de décoration
- un comptoir réfrigéré pour y exposer les pâtisseries
- du matériel réfrigérant pour le stockage
- de la vaisselle
- une caisse enregistreuse
Retrouvez la liste exacte des dépenses de démarrage dans le prévisionnel financier pour un salon de thé.

Quel est l'emplacement idéal pour un salon de thé ?

L’emplacement de votre salon de thé joue un rôle décisif dans son succès. Un bon emplacement doit donc :
- se situer dans une zone accessible au maximum de gens (à côté des gares de transport en commun ou aux alentours d’axes routiers par exemple)
- être accessible par les piétons et avoir une variété de commerces dans ses environs. Le salon de thé peut alors servir de salle d’attente, comme lorsqu’il se situe à côté d’une clinique, d’une école, d’un centre commercial, etc.
- avoir une façade assez large pour que l’établissement soit visible à partir d’endroits clé ; idéalement depuis les coins de rue
- se placer assez loin de la concurrence

Comment choisir le local de son salon de thé ?

Tous les locaux ne sont pas parfaits pour les salons de thé. Afin de choisir le meilleur local, ce dernier doit présenter quelques qualités importantes :
- être phonétiquement et acoustiquement isolé
- disposer (ou être situé à proximité) d’un parking
- se situer dans un nouveau bâtiment pour être plus attrayant pour les clients
- être quasiment prêt à l’utilisation (n’a pas besoin de gros travaux d’aménagement)
- être assez vaste pour accueillir un grand nombre de clients simultanément
- avoir un bilan et un compte de résultat du commerce en règle, dans le cas de l’achat d’un fonds de commerce
- présenter un prix de location raisonnable (si vous cherchez à louer)

Vaut-il mieux ouvrir un salon de thé en indépendant ou en franchise ?

Le choix entre le salon de thé indépendant ou en franchise dépend de votre situation financière et de vos objectifs. Pour vous aider à prendre la meilleure décision, nous vous présentons ici les différents avantages de chaque option.

Les avantages du salon de thé en franchise

- la franchise vous permet de limiter les coûts initiaux au lancement
- l’accompagnement du franchisé vous permet de finaliser les préparatifs du salon de thé bien plus rapidement
- la franchise vous offre des conseils judicieux, vous évitant ainsi de commettre les fautes les plus graves
- grâce à la franchise, vous pouvez suivre une formation pour devenir gérant d’entreprise
- vous avez plus de chances d’obtenir un financement
- vous n’avez pas besoin de mener une grande campagne publicitaire pour vous faire connaître. Vous bénéficiez déjà (potentiellement) de la réputation de la marque franchisée
- la franchise vous permet d’accéder à de précieuses informations sur le marché ainsi que les nouvelles tendances
- l’encadrement de la franchise mène à moins de stress

Les avantages du salon de thé indépendant

- vous n’avez pas à payer de redevances au départ
- vous gardez tous les bénéfices générés par l’établissement (avec la franchise, vous devez payer entre 5 % et 20 % de votre chiffre d’affaires total, ce qui risque de mener à des débuts difficiles)
- vous êtes autonome (vous avez un contrôle complet sur votre entreprise)
- vous ne risquez pas d’entrer en litige avec les dirigeants de la marque mère
- vous n’avez pas d’accord contractuel avec quiconque
- la revente du salon de thé indépendant est généralement plus simple

Ouverture de son salon de thé

Quel concept pour réussir l'ouverture de son salon de thé ?

Aujourd’hui, les salons de thé ne se limitent plus au simple service de boissons et de viennoiseries. Ils ont complètement transcendé ce concept basique et ont évolué pour devenir un endroit où on peut laisser libre cours à son esprit créatif. Si vous comptez ouvrir un salon de thé, pensez à vous distinguer de la masse. Voici quelques exemples de concepts qui peuvent vous inspirer.

Le concept éducatif

Vous le savez sans doute déjà, les produits industriels ne sont plus ce qu’ils étaient. Il est donc tout à fait normal que vos clients soient curieux quant à ce qu’ils s’apprêtent à boire dans votre établissement. Profitez de cette opportunité pour leur présenter les avantages des boissons naturelles listées sur votre menu. N’hésitez pas à plonger dans le détail, notamment au niveau étymologique, lorsque les clients vous semblent suffisamment intéressés.

Vous pouvez également faire la promotion de thés qui ont d’innombrables vertus. En effet, certains types de thés renforcent l’immunité, tandis que d’autres régulent la circulation du sang et limitent le sentiment d’engourdissement et de fatigue.

Bien entendu, le service que vous proposez doit être impeccable. Il est donc important de préparer vos serveurs de manière à ce qu’ils soient capables de répondre à toutes sortes de questions liées aux plantes utilisées et à leurs bienfaits.

Le concept de diversification

Peu importe le domaine dans lequel vous évoluez, la diversification au niveau des produits et des services est souvent une excellente idée. En ce qui concerne les salons de thé, pensez à présenter une variété d’offres. Certains établissements proposent à leurs clients de préparer leurs thés eux-mêmes. Cela peut sembler être un peu contre-intuitif, mais beaucoup apprécient cette option, pour son côté convivial. En plus, le self-service leur garantit d’avoir leurs thés exactement comme ils le désirent.
Le concept de la consommation locale
L’argument de la consommation locale est particulièrement attrayant pour une bonne partie des français.

En plus de ses bienfaits sur l’économie régionale, la consommation locale implique que les produits consommés sont conformes aux normes d’hygiène imposées en France.

Quelle stratégie marketing pour un salon de thé ?

La stratégie marketing que vous allez adopter peut décider du succès de votre salon de thé. Par conséquent, il est vital pour votre entreprise que vous fassiez le bon choix.

Pour vous aider à maximiser le chiffre d’affaires de votre salon de thé, nous vous proposons de découvrir cette série d’astuces :
- adaptez-vous à la demande du marché (proposez les produits les plus appréciés dans votre zone de chalandise, ciblez la clientèle majoritaire, choisissez un local suffisamment grand pour la démographie de la région, etc.)
- investissez dans ce qui rapporte le plus (des serveurs hautement qualifiés, un menu diversifié, une meilleure décoration, etc.)
- renforcez votre présence sur internet (créez un site intéressant à visiter, gérez un compte sur chaque réseau social majeur, faites appel à des professionnels du SEO, etc.)
- invitez des influenceurs connus (si possible de votre région) pour faire la promotion de votre établissement
- faites gagner des cadeaux sur les réseaux sociaux afin d’attirer plus d’abonnés
- soyez à l’écoute de votre communauté et voyez ce qui peut être améliorer
- proposez des menus faciles à comprendre, avec des bonus pour encourager la consommation
- organisez des événements qui méritent d’être filmés par vos clients (un spectacle de magicien de rue, un live musical, etc.). Ces derniers se chargeront de vous faire de la publicité en partageant leurs vidéos sur les réseaux sociaux
- offrez des prix exclusifs aux clients qui partagent des stories de leurs commandes (le manque à gagner est rapidement compensé)
- faites du bénévolat et du sponsoring afin de faire connaître votre salon de thé
- faites des conventions avec les sociétés les plus proches. Vous gagnerez moins d’argent sur chaque commande mais vous aurez beaucoup plus de clients

Combien rapporte un salon de thé ?

En temps normal, le chiffre d’affaires d’un salon de thé classique est compris entre 65 000 € et 170 000 €. Naturellement, ce chiffre varie en fonction d’une multitude de facteurs, comme la taille de l’établissement et son emplacement, qui l’affectent différemment.

Ainsi, si vous voulez faire des estimations précises du chiffre d’affaires de votre futur salon de thé, vous devez avant tout calculer son revenu potentiel de chaque client. Toujours dans la même optique, vous devez faire une estimation précise du nombre de clients qui visiteront quotidiennement votre salon de thé. En vous basant sur ces deux données, votre estimation du chiffre d’affaires sera sans doute plus réaliste.

Pour connaître votre chiffre d’affaires prévisionnel, vous pouvez utiliser le prévisionnel financier pour un salon de thé.

Comment augmenter le chiffre d’affaires d’un salon de thé ?

Vous pouvez augmenter le chiffre d’affaires de votre salon de thé de plusieurs façons différentes. Voici quelques exemples :
- permettre à vos clients d’acheter des boissons à emporter (un emballage de qualité ne serait pas de refus et il vous permettra sans doute d’attirer plus de gens)
- faire des offres promotionnelles avantageuses (elles sont idéales pour attirer plus de clients)
- vendez certains des ingrédients que vous utilisez dans vos boissons
- diversifiez votre offre. Beaucoup de clients s’intéressent à des boissons rares. Ils viendront certainement chez vous, s’ils ne peuvent les trouver que dans votre établissement

Quelles sont les dépenses récurrentes d'un salon de thé ?

Votre salon de thé vient naturellement avec des charges financières dont vous devrez tenir compte.

Voici une liste exhaustive de toutes les dépenses essentielles liées à la gestion des salons de thé :
- l’acquisition du stock de thé, de café et d’autres produits similaires
- l’acquisition de l’équipement et son entretien
- l’achat du mobilier
- la décoration
- le marketing
- les frais du comptable et de l’avocat (optionnels)
- les salaires
- les taxes

Vous retrouverez ces dépenses ainsi que leur impact sur le seuil de rentabilité dans le prévisionnel financier pour un salon de thé.

Ouvrir un salon de thé : est-ce rentable ?

La rentabilité de votre salon de thé dépend essentiellement de son emplacement et de la qualité des produits qui y sont disponibles.

D’un côté, le chiffre d’affaires d’un bon établissement, qui se situe dans une zone à haute densité de population, peut dépasser les centaines de milliers d’euros par an. De l’autre, un petit salon de thé, qui se situe dans une petite ville, ne dépassera pas les quelques dizaines de milliers d’euros, durant la même période.

Afin de faire une estimation relativement précise de la rentabilité de votre nouveau salon de thé, vous devez vous baser sur trois éléments principaux. Ces derniers sont :
- votre budget pour le lancement
- votre chiffre d’affaires
- votre marge de bénéfices

Avec un budget initial de 100 000 €, un chiffre d’affaires annuel estimé à 160 000 € et une marge de bénéfices de 20 %, votre salon de thé vous rapportera un peu plus de 30 000 € par an. En d’autres termes, si les conditions du marché restent constantes, vous serez en mesure de récupérer votre investissement primaire en un peu plus de trois ans.

Pour estimer les profits futurs de votre salon de thé, vous pouvez utiliser le modèle financier pour un salon de thé.

À lire également

Ce qu'il faut savoir pour ouvrir un salon de thé : budget, équipements et rentabilité
Ouvrir un salon de thé : revenu, dépenses et rentabilité
Guide pour réussir le business plan d'un salon de thé