5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

25 chiffres à connaître sur les campings en France

Le marché des campings en France

L’hôtellerie de plein air, plus communément appelé camping, compte parmi les secteurs qui ne connaissent pas la crise. De plus en plus d’acteurs proposent des prestations insolites tels que les hébergements dans les cabanes ou dans des yourtes et les tarifs sont relativement plus avantageux par rapport aux autres types d’hébergements comme les hôtels. Voilà ce qui explique en partie la forte croissance de ce secteur.

Comment investir sur ce segment ? Est-ce que c’est une activité qui rapporte ? À combien s’élève l’investissement nécessaire pour se lancer ?

Découvrez toutes les réponses dans notre guide.

Un chiffre d’affaires annuel de 2,5 milliards d’euros

Le camping est le premier mode d’hébergement en plein air en France et la France est à la première place sur le marché de l’hôtellerie de plein air en Europe. Entre les touristes français et étrangers, le secteur du camping est en pleine croissance et affiche actuellement un chiffre d’affaires annuel de près de 2,5 milliards d’euros.

Source : CREDITCAMP

Une croissance de 3,5 % par an

Même avec un petit ralentissement des activités en 2020 (-20 % de taux de fréquentation et -18 % sur le CA), le secteur garde le cap et les gestionnaires de camping espèrent bien booster leur chiffre d’affaires d’ici 2023. Les spécialistes du cabinet Xerfi prévoient notamment une croissance de plus de 3,5 % par an en 2022 et en 2023.

Source : TOURMAG

27 % des campings sont en France

Selon Eurostat, il y a près de 28 500 campings en Europe et 27 % d’entre eux sont en France. Elle dépasse ainsi le Royaume-Uni (16 %), l’Allemagne (10 %), les Pays-Bas (9 %) et l’Italie (8 %). Les campings viennent juste après les hôtels en termes d’hébergements touristiques professionnels et enregistrent une moyenne de séjour de 5,1 jours alors que pour les hôtels, les moyennes sont de 1,8 jour.

Source : BNP PARIBAS

916 065 emplacements en France

Il y a actuellement près de 916 065 emplacements en France et plus de 8 381 campings aménagés, dont 6 000, étoilés, ce qui fait d’elle le premier pays d’Europe ayant la plus grande capacité d’hébergement en plein air.

Sources : CREDITCAMP et BFM BUSINESS

1 000 à 5 000 € pour un emplacement en bord de mer

Si le chiffre d’affaires est passé de 800 millions d’euros en 2000 à 2,5 milliards d’euros en 2019, c’est que le camping est très rentable et s’avère être une activité pérenne. Notons qu’un emplacement en bord de mer, nu, peut rapporter à l’année entre 1 000 à 5 000 € et que la location d’un mobil-home peut aller de 7 000 à 45 000 €.

Source : Capital

37 000 salariés dans le secteur

Le secteur emploie plus de 37 000 salariés. Les jobs dans l’hôtellerie de plein air tout comme l’emploi camping sont aussi divers que variés. Même s’il est assez rare de trouver des postes en CDI, il faut savoir que des chaînes de campings continuent d’embaucher. Si on sait que 9,5 % des campings sont ouverts à l’année, notamment dans l’Île-de-France et à proximité des grandes villes telles que Lyon et Marseille, il ne devrait pas être trop difficile de trouver un emploi dans le camping.

Sources : ffcc et GESTION-CAMPING.COM

Un taux de remplissage de 80 à 90 %

Grâce aux campings étoilés (4 et 5), le secteur du camping a enregistré une croissance de 3 à 4 % par an. Elle a d’ailleurs réussi à prendre les parts de marché des résidences de tourisme et les clubs vacances. Dans les régions PACA, la Corse et la Bretagne, le taux de remplissage avoisine les 80 à 90 % en 2021, ce qui vient démontrer l’engouement des vacanciers pour ce genre d’hébergement, les réservations sont également plus nombreuses qu’en 2019.

Source : franceinfo

29 groupes de camping en France

Il y a près de 29 groupes de campings en France dont les géants du secteur European Camping Groupe, Vacanceselect et Capfun et 11 chaînes de campings dont Flower Campings et Yelloh ! Village. Ils comptent près de 1043 campings affiliés et au total, les campings de chaînes et de groupes disposent de 249 000 emplacements à travers tout le territoire, soit près de 28 % du nombre de campings en France.

Source : L'OT

7 719 campings aménagés en France
En 2021, il y a à peu près 7 719 campings aménagés en France. 3 % d’entre eux (226) sont des campings de 5 étoiles, 15,5 % d’entre eux (1 208) sont des campings de 4 étoiles, 32,5 % d’entre eux (2 509) sont des campings de 3 étoiles, 24,5 % (1 888) sont des campings de 2 étoiles, 5,5 % (416) sont des campings de 1 étoile et 19 % (1 472) sont campings non classés.

Source : ffcc

Un nombre de nuitées de 84 %

Pendant l’été 2020, le nombre de nuitées passées en camping a relativement explosé et a atteint 84 %. La clientèle domestique a largement contribué à ce vif succès et les spécialistes s’accordent sur l’idée que pour les prochaines vacances, le rythme ne devrait plus redescendre. D’ailleurs, les campings situés en zones vertes et en zones rurales ont enregistré un taux de fréquentation élevé. Pour rappel, les campings avaient déjà enregistré les mêmes chiffres sur la même période en 2019.

Source : jesuisentrepreneur.fr

Un millier de campings sont rattachés à des groupes

Sur plus de 8 000 campings, plus d’un millier sont rattachés à un groupe ou une chaîne. Les chaînes telles que Yelloh ! VillageSûnelia ou encore Les Castels, le célèbre réseau de campings étoilés concurrencent ainsi les grands groupes tels que Vacancesselect, Capfun ou Odalys. Il semble cependant que les groupes restent leaders dans le secteur avec 610 sites, 159 000 emplacements et près de 779 millions de chiffre d’affaires.

Sources : Les Echos et BFM BUSINESS

26 millions de nuitées vendues en Occitanie

La région Occitanie vend chaque année plus de 26 millions de nuitées chaque année. C’est d’ailleurs le premier dans ce segment au niveau mondial. À noter qu’il a plus de 213 campings de chaînes et groupes dans la région, notamment dans le Languedoc-Roussillon et les Midi-Pyrénées. Elle dépasse ainsi la Nouvelle-Aquitaine avec ses 207 campings.

Sources : CREDITCAMP et ffcc

Une hausse de 0,8 % sur le quatrième trimestre de 2019

Malgré une baisse de 6,9 % de la fréquentation en 2019, due notamment à une baisse du nombre de touristes étrangers, le secteur a gardé le cap et a même enregistré une hausse de 0,8 % sur le quatrième trimestre de l’année. Cette hausse a été portée par la clientèle résidant en France (+0,7 %) et s’est ressentie sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques des campings et des autres établissements (hôtels, clubs, etc.).

Source : PREVI' START

62 % des clients potentiels sont des néo-campeurs

Les néo-campeurs représentent un segment qui est en hausse d’année en année. Plus jeunes et plus connectés, 62 % d’entre eux font des recherches sur Internet avant de procéder à la réservation de leur emplacement. Chez les campeurs plus traditionnels, ils ne sont que 50 % à le faire. Les néo-campeurs ont également un panier moyen plus élevé par rapport aux campeurs traditionnels.

Source : Hospitality ON

Une location à plus de 1 300 €

La rentabilité d’une mobil-home dépend en grande partie de son emplacement, mais aussi de la saison bien évidemment. S’il est bien implanté, il sera possible de le louer dans les 1 300 € la semaine pendant la saison estivale. Contrairement à un investissement immobilier classique comme une maison, l’amortissement sera plus rapide.

Source : dividom

70,5 % des campings en gestion privée

Le marché des campings en France est fortement dominé par les indépendants. La gestion privée prédomine : 70,5 % des campings sont actuellement en gestion privée, 24,5 % en gestion publique et 5 % en gestion associative. Les grands groupes se partagent notamment le marché, à ne citer que Vacanselect qui dispose de pas moins de 33 000 emplacements à travers tout le territoire.

Source : Etudier

1 camping sur 5 est haut de gamme

Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux campings et surtout, au camping haut de gamme qui concernent 1 camping sur 5 en France. Les campings familiaux disparaissent ainsi petit à petit au profit de ces fameux centres d’accueil de plein air qui font fureur auprès des vacanciers. En effet, ces derniers sont plus de 60 % à opter pour le glamping et leurs espaces aménagés pour leurs vacances.

Source : NEOFA

Une marge brute de 90 %

La rentabilité des campings est élevée et certaines structures arrivent même à dégager une marge brute de 90 % ainsi qu’une rentabilité de 20 %. Selon les chiffres partagés par la FFCC, la durée moyenne des séjours en camping est de 5,2 nuitées, ce qui est relativement plus élevé par rapport aux autres modes d’hébergement classiques.

Source : café du PATRIMOINE

25 000 € pour 200 m² de terrain

Pour se lancer dans le secteur, il faut avant tout rechercher le bon terrain où s’installer. Il faudra prévoir une dizaine de milliers d’euros pour le financement de ce type de terrain et en moyenne, il faut compter dans les 25 000 € pour 200 m² de terrain, mais cela varie selon la qualité de l’emplacement, mais aussi selon la région.

Source : Patrimoine MAGAZINE

Entre 20 000 et 60 000 € pour un mobil home

Vient ensuite l’achat des mobil-homes. Il faut compter dans les 20 000 € pour un mobil-home d’occasion et dans les 30 000 à 60 000 € pour un mobil home neuf avec des caractéristiques assez classiques. La location peut ensuite rapporter jusqu’à 1 300 € par semaine pendant la période estivale.

Source : LOGE TOI

Une TVA à 20 %

Un investissement dans un emplacement de camping peut s’avérer très rentable, car il n’y aura pas de taxe foncière ni de taxe d’habitation à payer, mais il faudra néanmoins louer en LMNP (loueur meublé non professionnel). Pour y accéder, vos recettes locatives ne devront pas cependant dépasser les 23 000 €. Selon le statut choisi, vous pourrez également bénéficier de la TVA de 20 % sur l’achat de votre mobil-home.

Source : NEOFA

Un investissement représentant 20 à 25 % du CA

Pour investir dans un camping, il faut prévoir entre 20 et 25 % du chiffre d’affaires. Entre les installations classiques comme les toboggans, la piscine, la restauration ou encore la partie commerciale, il y aura beaucoup de postes de dépense. À cela s’ajoutent le coût des travaux, le financement des hébergements locatifs, les équipements, etc.

Source : BATIRAMA

Une taxe de séjour entre 100 et 200 € par an

Le mobil-home est considéré comme un bien mobilier et non un bien immobilier, il n’y aura ni taxe foncière ni taxe d’habitation à payer. L’achat ne nécessite même pas un passage devant un notaire, mais il faudra tout de même compter avec la taxe de séjour qui est généralement comprise entre 100 et 200 € par an.

Source : BUSINESSATTITUDE

Un plafonnement de 170 000 €

Choisir le statut d’auto-entrepreneur est l’idéal lorsqu’on souhaite investir dans un camping. Cependant, il est soumis à un plafonnement de 17 000 € et dans le cas où les chiffres annuels dépassent ce seuil, le camping sera soumis au régime de l’entreprise individuelle et les avantages ne seraient plus les mêmes.

Source : LegalPlace

Un apport personnel de 10 000 à 70 000 €

Pour ceux qui souhaitent se lancer dans le camping en étant franchisé, il faudra compter avec la redevance prélevée par le franchiseur qui est généralement de 2 à 5 % du chiffre d’affaires. À cela s’ajoutent l’apport personnel qui peut aller de 10 000 à 70 000 € ainsi que les droits d’entrée, ce qui fait un investissement global d’environ 200 000 €.

Sources : Observatoire de la franchise et inSiti