5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

Les chiffres sur l’élevage de chevaux en France

Les chiffres sur l'élevage de chevaux

La filière équine génère un flux financier élevé et contribue fortement à booster l’économie française. Les centres d’élevage et les centres équestres tels que les haras sont dispersés sur tout le territoire.

Niveau concurrence, il y a encore de la place à se faire et l’investissement de départ pour la création d’un élevage de chevaux ne coûte pas plus cher que l’ouverture d’un restaurant par exemple.

Comment se lancer dans le secteur ?
Quel apport faut-il avoir pour pouvoir ouvrir un élevage ?
Où sont situés les plus grands centres d’élevage en France ?

Essayons de répondre à toutes ces questions à travers ces 13 chiffres.

Vous retrouverez une liste plus complète (et mise à jour) de chiffres sur le secteur dans notre business plan pour l'élevage de chevaux.

Une filière de 14 milliards d’euros

En France, la filière équine pèse plus de 14 milliards d’euros et emploie actuellement près de 14 000 personnes. Depuis 2021, le secteur embauche, car il y a réellement une pénurie de personnel. Plus de 1 000 offres ont ainsi été proposées à cet effet, et ce, pour l’ensemble des métiers du secteur.

Source : LE FIGARO

1 051 000 équidés en France

En 2020, il y a 1 051 000 équidés en France, dont 67 % de chevaux de selle et de poneys, 18 % de chevaux de trait et d’ânes et 15 % de chevaux de course. Il y a par ailleurs 30 017 éleveurs et propriétaires de juments saillies et 66 000 emplois en activité principale dont 42 % dans le secteur de l’équitation.

Source : Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation

146 000 emplois dans la filière équine

En France, la filière équine concentre près de 146 000 emplois dont 66 000 en activité principale à savoir les producteurs et les utilisateurs de chevaux. Dans la catégorie des emplois indirects, on retrouve les fournisseurs d’aliment, les vendeurs de produits équins, mais aussi les organisateurs d’événements.

C’est la filière équitation qui génère le plus d’emplois avec 27 800, suivi par l’élevage qui en génère 10 600. L'entraînement de chevaux de course clôt ce trio de tête avec 8 300 emplois.

Source : Ouest-France

3 000 entreprises dans les Hauts de France

La filière équine concentre plus de 8 000 emplois répartis dans 3 000 entreprises dans les Hauts-de-France. Les communes de Chantilly, Senlis et Coye-la-Forêt disposent à elles seules de 2 500 chevaux et de 110 écuries, ce qui représente près de 2 000 emplois.

En 2019, la région a débloqué 5 millions d’euros, destinés à booster le secteur équin dans sa globalité, notamment dans le soutien de la pratique sportive, l’élevage et le tourisme équestre.

Source : Les Echos

Un CA de 185 millions d’euros pour la filière équine bretonne

La filière équine bretonne rassemble 3 129 entreprises qui génèrent 6 400 emplois dont 4 450 en activité principale. La filière réalise dans sa globalité un chiffre d’affaires de plus de 185 millions d’euros et concentre près de 33 000 équidés sur tout le territoire.

Source : Terra

Un investissement de départ de 100 000 à 250 000 €

Pour lancer une activité d’élevage de chevaux, il faut un budget de départ de 100 000 à 250 000 €. Ce montant peut cependant varier en fonction du foncier, des bâtiments et équipements à prévoir (carrière, sellerie, boxes, équipements pour l’entretien, etc.), mais aussi du cheptel choisi (étalons, poulinières, etc.).

À cela viennent s’ajouter le coût des véhicules de transport et d’exploitation ainsi que l’alimentation des chevaux qui reviennent à environ 500 € par équidé et par an.

Source : WikiCréa

Un salaire de 1 600 à 3 000 €

Un éleveur de chevaux débutant gagne environ l’équivalent du SMIC. Après quelques années d’expérience, il peut espérer gagner dans les 1 600 € par mois et avec des formations supplémentaires, son salaire peut passer à 3 000 € par mois.

Il convient également de noter que les revenus de l’éleveur peuvent varier en fonction de son volume d’affaires, surtout s’il est propriétaire de son propre établissement d’élevage équin.

Source : cidj

Des frais de soins à partir de 400 € par an

Les frais d’entretien des chevaux pèsent lourd dans le budget d’un éleveur. Il faudra notamment compter dans les 400 € par cheval et par an rien que pour les frais de soin et d’entretien. Le poste d’alimentation représente environ 150 € par mois tandis que les soins vétérinaires coûtent entre 80 et 200 euros par an et par cheval.

Il faudra par ailleurs faire appel à un maréchal-ferrant toutes les 6 à 8 semaines pour le ferrage et le parage des chevaux. Cela représente un budget de 40 à 90 € par cheval.

Source : Poules Élevage

650 000 cavaliers licenciés en France

Il y a 650 000 cavaliers licenciés et 250 hippodromes en France. Sur les millions de chevaux en France, 700 000 chevaux appartiennent à des entreprises et à des associations telles que des élevages équins, des centres équestres et des écuries.

Dans le secteur des courses hippiques, il y a 6,5 millions de parieurs et chaque année se déroule plus de 17 000 courses, dont 10 000 pour le trot et 6 800 pour le galop.

Source : Forbes

70 à 80 % des effectifs sont des femmes

La filière équine compte une cinquantaine de métiers, dont celui de palefreniers-soigneurs, d’accompagnateurs du cheval en compétition, d’assistants d’élevage, des enseignants d’équitation, des cavaliers d'entraînement, etc.

Au sein des formations équines, les femmes représentent 70 à 80 % des effectifs et elles sont également bien représentées dans les soins et l’enseignement, mais aussi dans les métiers connexes comme la communication.

Source : Studyrama

30 000 élevages en France

Selon les chiffres par le ministère de l’Agriculture, qui avec, celui des sports, gère la filière cheval, il y a 30 000 élevages en France et 9 000 centres équestres. Sur les millions d’équidés, 25 sont de races de chevaux de sang, 11 sont des races de poneys, 10 des races de chevaux de trait et 7 sont de races d’âne.

Source : Caval'idée

510 établissements équestres en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Il y a 740 élevages et 28 770 équidés en Provence-Alpes-Côte d’Azur. La filière compte 3 300 emplois directs et génère 140 millions d’euros en chiffre d’affaires hors courses. On y retrouve également 220 entreprises implantées sur 30 000 hectares, mais aussi 95 maréchaux-ferrants et une quarantaine de vétérinaires spécialisés.

Source : La filière cheval

Un CA de 130 millions d’euros par an pour le département de la Manche

Avec plus de 3 000 naissances, 20 000 chevaux, 2 000 entreprises et 3 500 emplois directs sur le territoire, la filière équine représente un poids économique conséquent. En effet, le chiffre d’affaires de la filière est estimé à 130 millions d’euros par an pour le département de la Manche.

Source : La Manche

À lire également

Créer un élevage équin : le guide complet