5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

Les chiffres à connaître sur les hébergements insolites en France

Hébergements insolites

Le changement des habitudes de voyage a fait naître de nouvelles envies chez les Français. Pour prendre le large, il n’est plus nécessaire d’aller bien loin. Avec ses milliers d’hébergements insolites répartis sur tout le territoire, il y a le choix.

Le marché est en pleine croissance, la demande en termes de séjour original est élevée et surtout, le secteur engrange un chiffre d’affaires à 7 chiffres.

Les hébergements atypiques ont leur charme et se posent comme une idée d’investissement des plus rentables. Comment se lancer dans le secteur ? Comment démarquer son offre de la concurrence ? Quelle est la rentabilité d’un hébergement insolite ? Découvrez les réponses à travers ces chiffres.

Vous retrouverez davantage de chiffres (qui sont, eux, actualisés plusieurs fois par an) sur ce marché dans notre le business plan pour un hébergement insolite.

Un marché qui pèse 260 millions d’euros

D’après les chiffres partagés par Abradadaroom, le marché de l’insolite pesait plus de 260 millions d’euros en 2019. La clientèle étrangère ne représentait que 5 % des hôtes. Ce sont surtout les voyageurs et vacanciers français qui ont contribué à booster les chiffres.

Les Français voyagent désormais plus près et recherchent des idées de séjour insolites, d’où le vif succès de ce type d’activité. Si vous voulez vous lancer sur ce marché, vous aurez besoin d’un bon business plan pour votre logement insolite.

Source : L'ECHO touristique

Environ 1 000 domaines en France

La France compte plus de 1 000 domaines atypiques, répartie sur tout le territoire. Cela représente près de 13 098 lits. 24 % de ces hébergements insolites se trouvent dans le sud-est de la France et 23 % dans l’Ouest.

Parmi les destinations les plus prisées par les vacanciers, il y a la région PACA, l’Aquitaine, les Midi-Pyrénées, mais aussi la Bretagne et la région Rhône-Alpes.

Source : TourismExpress

Une croissance de 20 % par an

Les modules insolites, notamment les cabanes perchées dans les arbres, sont très plébiscités.

Selon Unic Stay, le nombre de cabanes en France s’est multiplié par deux depuis 2015. Le secteur connaît d’ailleurs un vrai boum et enregistre une croissance de près de 20 % par an.

Source : BFMTV

Un panier moyen de 150 €

Le panier moyen dépend généralement de l’offre proposée, mais en moyenne, il est de 150 €. Plus l’endroit est luxueux, plus le prix augmente.

En effet, avec des prestations plus spécifiques comme un spa ou un sauna, il est possible de générer des bénéfices supplémentaires. Rien qu’avec l’installation d’une terrasse privative avec un équipement de détente ou de loisir, il est possible pour un gérant d’augmenter le prix d’une nuitée de près de 70 %.

Si vous souhaitez étudier plusieurs tarifs pour votre logement et voir comment cela influence votre chiffre d’affaires, votre seuil de rentabilité et vos profits, vous pouvez utiliser le prévisionnel financier pour un logement insolite.

Source : Oriente ta boussole

Une clientèle de 18-30 ans

AbracadaRoom et l’école de tourisme Charles Nodier ont mené une enquête sur 900 personnes concernant le profil type des clients des hébergements insolites.

Les résultats ont démontré que les 18-30 ans sont nombreux à opter pour des séjours atypiques dans la nature dans le genre des cabanes perchées. 8,1 % des réponses concernaient les séniors qui ne seraient pas très friands de ce type d’hébergement. Les chiffres passent à 0,1 % chez les voyageurs d’affaires qui ne sont définitivement pas attirés par ce genre de structure.

Source : Hôtes Insolites

Une location annuelle entre 10 000 et 40 000 €

Du niveau de confort dépend généralement le prix proposé. On peut cependant dire qu’un module d’hébergement insolite peut ne générer entre 10 000 et 40 000 € de bénéfices rien qu’avec la location annuelle.

Les prestations annexes assurent quant à elles, des profits supplémentaires. 40 à 50 % du CA. Un parc de 10 logements va ainsi générer dans les 150 000 € de retombées directes sur son territoire et 150 000 € de retombées indirectes (achat et consommation).

Pour estimer facilement le chiffre d’affaires et les bénéfices de votre projet, utilisez le prévisionnel financier pour un logement insolite.

Source : Cabinet Alliances

37 % des voyageurs adorent le concept

D’après une étude menée par Booking.com, 37 % des voyageurs ont choisi en 2019 d’opter pour un hébergement insolite pour leurs vacances. 26 % des sondés ont trouvé que ce type d’hébergement est tendance. 45 % y voient quant à eux, un concept qui promet un bon rapport qualité-prix.

Source : LE PROGRES

Une rentabilité de 15 à 20 %

Si ce marché intéresse autant les investisseurs, c’est parce que la rentabilité y est de 15 à 20 %. Ce qui est nettement plus élevé que dans la location d’hébergement classique.
En effet, la demande est plus élevée, l’offre plus diversifiée et le taux d’occupation d’un hébergement atypique est d’environ 75 %.

Source : Horiz.io

Un taux de remplissage à 30 %

Pour qu’un module d’hébergement soit rentable, il faut généralement viser un taux de remplissage de 30 %. À noter que le taux de fréquentation est surtout élevé pendant les week-ends, lors des vacances scolaires, ainsi que les veilles de jours fériés.

Pour attirer les clients pendant les semaines creuses, il est recommandé de proposer deux tarifs. Dans l’idéal, l’un doit être plus attractif pour booster le taux de remplissage de l’unité d’hébergement.

Combien de journées devez-vous louer avec votre logement pour générer des profits ? Testez facilement différentes hypothèses dans le prévisionnel financier pour un logement insolite.

Source : Oriente ta boussole

50 % des hébergements sont de luxe

Selon le webinaire Web’Invest - Hébergement insolite par la Région Occitanie, 50 % de l’ensemble des hébergements insolites répertoriés en France proposent une offre luxe.

Les 50 % restants proposent quant à eux, un confort que l’on qualifierait de standard. Ce sont cependant les modules proposant une offre à la fois authentique et de luxe (disposant d'installations de bien-être telles qu’un bain nordique ou un sauna) qui remportent le plus de suffrages auprès des voyageurs.

Source : Guest & Strategy

Un abonnement annuel de 40 €

Il existe aujourd’hui un label collaboratif qui vient garantir aux clients le respect d’un cahier des charges fixes. Ainsi, un gérant peut s’offrir le label pour 40 € par an et ainsi, certifier à ses clients que sa structure répond parfaitement aux critères d’implantation, de sécurité et d’urbanisme.

Le label vient également certifier un critère d’accueil et d’impact écologique.

Source : Village

Un apport personnel de 10 000 €

28 % des Français souhaitent créer leur entreprise et 4 Français sur 10 prévoient de le faire en franchise. Pour rejoindre le réseau de Flower Campings, il faut notamment compter avec un apport personnel de 10 000 € et un droit d’entrée de 4 500 €. Vous devez par ailleurs disposer d’un emplacement minimum de 250 m² pour vous lancer.

Sources : Capital et inSiti

650 € pour passer la nuit dans un phare

En termes de logement insolite, il n’y a pas mieux qu’un phare. Situé à quelques mètres du port de Lorient, le phare de l’ile de Louët a été réaménagé et propose un studio climatisé, une salle de bain ainsi qu’une kitchenette.

À noter que c’est aujourd’hui le seul phare de France où les voyageurs peuvent passer une nuit. Pour cette petite découverte, il faut compter dans les 650 € la nuitée.

Source : L'Express

5 modes d’hébergement réglementés

Il existe actuellement 5 modes d’hébergement réglementés dans le secteur. Cela inclut les caravanes, les tentes, les RML (résidences mobiles de loisir), les HLL (habitation légère de loisirs) ainsi que les constructions.

Dès lors que les modules d’hébergement sortent du standard, on peut les qualifier d’insolites. Cela peut être les cabanes dans les arbres, les yourtes, les tipis, la péniche, la roulotte.

Source : Somme-Tourisme

À lire également

Location de salle : chiffre d'affaires et rentabilité
Acheter et louer un gîte : tout ce qu'il faut savoir
Les démarches à suivre pour louer une chambre d'hôtes