5€ DE RÉDUCTION AVEC LE CODE HELLO2022

Le guide complet pour ouvrir un centre équestre rentable

Le guide complet pour ouvrir un centre équestre

On compte un peu moins de 10 000 structures qui proposent des activités équestres en France. Elles sont réparties sur tout le territoire Français et on les retrouve majoritairement dans les zones rurales. Elles proposent des disciplines aussi variées que des cours pour enfants, de la voltige, du saut d'obstacles, du trek ou encore des cours de dressage.

Du côté de la demande, il y a un peu moins de 700 000 personnes qui ont leur licence auprès de la FFE. La Fédération Française d'Équitation est la quatrième fédération la plus importante en France. Ces personnes se rendent régulièrement dans des centres équestres afin d'améliorer leurs compétences hippiques.

Vous souhaitez ouvrir votre propre centre équestre ?
Vous vous demandez comment démarrer ?
Quelles activités pourraient générer de la demande ?
Faut-il également proposer de la pension équine ?
Quid de l'élevage par chevaux ?
Quelles sont les qualités d'un centre équestre qui réussit ?
Comment rédiger un bon business plan qui permet d'obtenir des financements et donc de démarrer son projet de centre équestre ?
Comment savoir si vous pouvez rapidement devenir rentable ?

Nous répondons à toutes ces questions dans cet article.

Quel futur pour le marché des centres équestres ?

En France, le secteur équin réalise un chiffre d'affaires moyen de près de 11 milliards d'euros par an.

Près de 8 000 centres équestres sont recensés dans l'Hexagone. À cela s'ajoutent 2 000 à 3 000 écuries et fermes équestres indépendantes.

Parmi ces structures, 50 % génèrent entre 50 000 et 100 000 euros par an.

En termes d'investissement, la Région investit 5,3 millions d'euros entre 2020 et 2022 dans la filière équine.

Près de 60 % de ce montant est consacré aux nouvelles activités. Le plan est basé sur six points, à savoir la structuration du secteur, le renforcement de la communication, la promotion de projets favorisant l'emploi, l'éducation et le tourisme, etc.

Sources : IFCE, Le Cheval, SHM et La Voix du Nord

Qui sont les clients d'un centre équestre ?

Les segments de marché auxquels s'adressent les centres équestres ne sont pas toujours les mêmes.

Par exemple, un haras qui proposerait des cours va plutôt s'adresser à une audience composée de cavaliers professionnels, propriétaires de chevaux de race. Alors qu'un centre équestre à proximité d'une zone résidentielle va plutôt s'adresser à des familles.

Faut-il faire une étude de marché pour ouvrir un centre équestre ?

À qui doit s'adresser votre offre de cours d'équitation pour construire une entreprise rentable ? Réaliser une étude de marché permet de trouver des réponses.

En effet, ce travail permet, en autre, d'analyser les critères démographiques propres à votre zone d'implantation.

Bien connaître votre marché vous permettra de lui proposer une offre "équestre" qui réponde à ses envies et besoins de consommation.

Par exemple, élaborer une solide étude de marché vous permettra de savoir combien de personnes dans votre région sont déjà inscrites à la FFE, si des cavaliers professionnels ont besoin de services de pension équine ou encore si vous devez également proposer des stages équestres pendant les vacances scolaires.

Également, une étude de marché ne se réduit pas à l'étude de la demande potentielle. Elle constitue également une étape clé pour mieux appréhender les écuries, haras et centres équestres déjà présents sur le marché.

L'étude de la concurrence fait notamment partie de l'étude de marché. Elle permet notamment de répondre aux questions suivantes : qui propose des cours d'équitation dans votre région ? Quels types de chevaux possèdent-ils ? Y-a-t-il des cours pour enfants avec des shetlands ? Est-ce que ces centres équestres préparent aussi pour des compétitions type CSO ? Peut-on y héberger ses propres chevaux ?

Quelles sont les activités proposées par un centre équestre ?

Les centres équestres séduisent un large public. Pour cette raison, il est essentiel de proposer une variété d'activités.

En effet, si les plus jeunes considèrent l'équitation comme un sport, les adultes considèrent cette activité comme un moment de détente.

Parmi les différentes activités proposées, on trouve :

La pension pour chevaux : la pension permet aux centres de bénéficier de ressources de manière régulière. Il existe plusieurs services associés à cette activité, notamment l'hébergement, les soins, la remise en forme, etc.

L'enseignement : cette activité constitue la principale activité des centres équestres. Une vingtaine de disciplines y sont proposées, dont le saut d'obstacles, le dressage, l'endurance, la voltige, etc.

Le tourisme équestre : cette activité connaît un véritable essor. Elle peut varier d'une simple balade de quelques heures à une randonnée de plusieurs jours.

L'élevage : la France compte plus de 30 000 éleveurs de chevaux, dont 80 % possèdent moins de 3 juments. En général, cette activité est pratiquée à titre complémentaire.

Faut-il un diplôme pour ouvrir un centre équestre ?

La France est un pays relativement administratif. Il est donc important de vérifier que vous êtes titulaire de l'un de ces diplômes d'État avant d'ouvrir un centre équestre :
- le Diplôme d'Etat de la Jeunesse, de l'Education populaire et du Sport (DEJEPS)
- le Diplôme d'État Supérieur de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DESJEPS), spécialité "sports équestres" ou "équitation"
- le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (BPJEPS), spécialité "éducateur sportif" mention "activités équestres"
- le Brevet d'Aptitude Professionnelle d'Assistant Technicien Animateur (BAPAAT)

À quelles assurances souscrire pour démarrer un centre équestre ?

Afin de couvrir correctement l'activité de votre centre équestre, vous devez souscrire plusieurs types d'assurances.

Dans un premier temps, il faut souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle. Celle-ci vous couvre en cas de dommages causés à un tiers dans le cadre de votre activité. Elle concerne notamment les dommages corporels, matériels, immatériels, le vol et le décès. Si, par exemple, un cheval se blesse en raison d'une négligence professionnelle, l'assurance responsabilité civile va indemniser le propriétaire du cheval.

En plus de cette assurance, un centre équestre doit également souscrire une assurance exploitation des écuries et du centre équestre. Cette dernière permet de couvrir les dommages causés par un incendie, une foudre ou une explosion. Elle assure toutes les installations du centre équestre, y compris le mobilier, le matériel, les selleries, les attelages, les carrières, les manèges et les chevaux.

La protection juridique professionnelle est une autre assurance que vous devez souscrire. Cette garantie vous aide en cas de litige lié à votre activité professionnelle. Elle permet de réduire les frais à engager devant un tribunal.

Enfin, vous devez souscrire une assurance multirisque haras et écuries. Elle couvre l'ensemble de vos biens (y compris les bâtiments, le matériel et même les chevaux) et vous indemnise en cas de catastrophe naturelle. Cette assurance combine l'assurance exploitation des écuries et du centre équestre et l'assurance responsabilité civile.

Quelles compétences pour ouvrir un centre équestre ?

La passion est nécessaire pour ouvrir un centre équestre, mais reste insuffisante. En effet, vous devrez également gérer les aspects financiers, juridiques et marketing.

De plus, vous devrez avant tout faire preuve d'un grand savoir-faire en matière d'organisation.

Parmi les compétences essentielles à l'ouverture d'un centre équestre, on trouve :
- une excellente connaissance du milieu professionnel
- un sens du commerce et un bon relationnel
- des compétences pédagogiques
- des qualités managériales
- des compétences en matière de gestion et de comptabilité
- un esprit d'initiative et une grande polyvalence
- une grande patience

Les compétences pour ouvrir un centre équestre

Quelles sont les règles à respecter pour ouvrir un centre équestre ?

En France, l'ouverture d'un centre équestre est soumise à un certain nombre de règles.

Tout d'abord, il y a la déclaration du lieu de détention auprès du Système d'Information Équine (SIRE) de l'Institut Français du Cheval et de l'Equitation (IFCE).

Puis vient la déclaration des équipements sportifs ouverts au public auprès de la Direction Départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale.

Il y a aussi la déclaration de l'éducateur sportif chargé d'enseigner, d'animer ou d'encadrer la pratique de l'équitation, auprès de la Direction Départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale du département d'implantation du centre.

Cette dernière délivrera une carte professionnelle, après la vérification des éléments suivants :
- le diplôme, le titre professionnel ou le certificat de qualification permettant l'obtention de la carte professionnelle
- l'absence de mesure interdisant l'exercice de la profession
- l'honorabilité du demandeur
- l'état de santé du demandeur

Également, l'autorisation d'exploiter, délivrée par le préfet de région, peut être requise en cas de reprise de terres agricoles, d'absence de diplôme agricole ou d'expérience professionnelle.

Enfin, ma procédure de création de l'entreprise doit être réalisée auprès du Centre de Formalités des Entreprises de la Chambre d'Agriculture.

Quelle est la réglementation d’un centre équestre en activité ?

Un centre équestre doit se conformer à la réglementation des Établissements Recevant du Public (ERP). Il est également soumis à la réglementation du Code du Sport relative aux Établissements d'Activités Physiques et Sportives (EAPS) :

La condition d'honorabilité : toute personne ayant fait l'objet d'une condamnation ne peut exploiter un EAPS.

Les assurances : le responsable doit prendre une assurance couvrant sa responsabilité civile, celle des enseignants, des employés et des participants.

Les obligations d'affichage : cette obligation implique la mise à disposition d'un panneau contenant une copie des diplômes, titres, qualifications et carte professionnelle de chaque enseignant, ainsi que les garanties d'hygiène et de sécurité.

La déclaration d'accident : en cas de grave accident, le responsable est tenu d'en informer le préfet.

L'organisation des secours : chaque EAPS doit être doté d'un organigramme des secours, sur lequel figurent les données des personnes et organismes pouvant intervenir en cas d'urgence. Il doit également disposer d'une trousse de secours permettant de prodiguer les premiers soins en cas d'accident.

Chaque détenteur d'équidés est soumis à différentes obligations :
- chaque établissement accueillant au minimum 3 équidés doit obligatoirement déclarer un vétérinaire à la Direction Départementale chargée de la protection des populations
- identifier chaque cheval grâce à un transpondeur électronique, un passeport et un numéro d'enregistrement auprès du SIRE
- avoir un registre d'élevage où figurent les caractéristiques de l'exploitation, ainsi que le suivi zootechnique, sanitaire et médical pour chaque espèce

Pour finir, pour toute activité de transport de chevaux réalisée dans le cadre d'une activité économique et pour un déplacement de plus de 65 km, un registre de transport doit être tenu.

Quel emplacement et quels terrains pour ouvrir un centre équestre ?

Selon la région ou le statut de votre activité, il peut être compliqué de trouver un terrain.

Comme dans toute prospection foncière, le choix d'un bon emplacement est capital. Dans le cadre d'une installation équestre, il est également nécessaire de prendre en considération d'autres critères, dont la surface disponible et la qualité du terrain.

Pour le développement d'une activité équestre accueillant des cavaliers réguliers, la zone de chalandise principale doit être à moins de 20 minutes de trajet de l'écurie. En ce qui concerne les activités accueillant moins de clientèle, il est préférable de favoriser la surface et l'autosuffisance alimentaire par la production de son propre fourrage.

Pour finir, la qualité des pâturages constitue un élément important. En effet, les terrains trop riches ne sont pas nécessairement les plus adaptés pour les chevaux.

Pour ce type de démarche, il est recommandé de se faire accompagner par les conseils de la SAFER et de la Chambre d'Agriculture.

Faut-il rédiger un business plan avant d'ouvrir un centre équestre ?

La rédaction d'un business plan pour votre centre équestre permet d'anticiper les obstacles liés à sa future gestion. C'est lors de la rédaction de ce document que vous allez réfléchir à une stratégie pour développer le chiffre d'affaires de votre centre équestre.

C'est un document qui permet de définir stratégiquement votre proposition de valeur, vos avantages concurrentiels, votre plan de démarrage, votre stratégie marketing ou encore les risques éventuels liés à la gestion d'un centre équestre.

Également, le prévisionnel financier de votre centre équestre vous permettra de mieux apprécier sa rentabilité. Lorsqu'on établit un prévisionnel financier, on tente d'y voir plus clair quant aux futures finances de son entreprise.

C'est ce document qui vous indiquera une fourchette de chiffre d'affaires envisageable pour votre centre équestre. Finalement, vous connaîtrez votre seuil de rentabilité, soit le niveau de chiffre d'affaires à atteindre pour être rentable.

Enfin, un business plan pour votre centre équestre vous permettra d'obtenir des financements pour votre centre équestre. C'est un document que vos futurs investisseurs vous demanderont.

S'il est rédigé avec soin, il deviendra un précieux allié pour convaincre un banquier que votre projet de centre équestre a le potentiel de générer des flux de trésorerie positifs sur le long terme. Toutes ces raisons expliquent pourquoi la rédaction d'un business plan est essentielle avant de démarrer un nouveau projet d'entreprise.

Quel budget prévisionnel pour ouvrir un centre équestre ?

L'aménagement d'un centre équestre varie en fonction des activités proposées. Le budget moyen pour ouvrir un centre équestre est néanmoins estimé à environ 310 000 euros pour l'ensemble des équipements.

Les centres équestres sont destinés à l'hébergement des chevaux, à l'accueil des visiteurs et à la possibilité de passer du bon temps avec les chevaux et ce, en toute sécurité.

En outre, certains sites disposent d'infrastructures spécifiques pour les amateurs de horse-ball, de polo, etc.

Ainsi, ces centres sont dotés d'équipements d'hébergement et sanitaires, tels que des boxes, des écuries, des douches pour chevaux, etc. Ils sont également équipés d'installations destinées à la pratique d'activités ludiques ou sportives, telles que des manèges, des carrières, des rond de longe, etc.

Quelles sont les dépenses pour ouvrir un centre équestre ?

L'ouverture d'un centre hippique peut s'avérer onéreuse. En effet, il vous faudra acheter un terrain et construire des écuries dans le cas où vous n'en possédez pas. Outre ces investissements, il faut également compter :
- les licences et permis nécessaires
- l'assurance de responsabilité civile
- les chevaux adaptés aux leçons et aux randonnées. Le prix d'un cheval est généralement compris entre 2 300 et 3 000 euros
- les clôtures nécessaires pour construire les manèges et les enclos
- l'équipement nécessaire pour chaque cheval
- l'inventaire des produits à vendre
- de la nourriture pour chevaux et des abreuvoirs
- un camion et une remorque
- un tracteur, qui peut être utile pour le nettoyage des écuries
- un ou plusieurs manèges et carrières

Comment choisir ses chevaux quand on ouvre un centre équestre ?

La composition et la taille de la cavalerie doivent correspondre aux activités proposées. Il est donc important de bien définir les catégories de clientèle ciblées.

Dans un premier temps, il est conseillé de ne pas cibler tous les publics, au risque de se retrouver avec un nombre de chevaux trop important par rapport au nombre de participants.

En général, l'activité poney-club permet le développement d'une clientèle en captant un jeune public, qui ensuite migrera progressivement vers les activités équestres. Cette activité permet également de limiter les investissements de départ.

En ce qui concerne les critères de sélection d'un cheval, ils sont généralement axés sur son caractère. En effet, le cheval doit être capable de supporter la maladresse d'un cavalier débutant. Ensuite, il faut tenir compte de ses capacités sportives, pour les chevaux destinés à la compétition ou au galop.

Comment fixer les prix et tarifs pour son centre équestre ?

Les tarifs pratiqués varient en fonction des prestations offertes, de la notoriété des enseignants, du niveau des chevaux, de l'emplacement et de la concurrence locale.

Ces tarifs doivent être affichés et facilement consultables sur les différents supports de communication.

Parmi les différentes formules et activités proposées, les moyennes des prix sont de :
- entre 8 et 15 euros pour un abonnement trimestriel
- 20 euros de l'heure pour les visites des non adhérents et des cavaliers occasionnels
- entre 100 et 200 euros de l'heure pour les visites de groupes, en fonction de la taille du groupe et de l'activité
- 40 euros de l'heure pour les cours particuliers
- entre 30 et 60 euros de cotisation annuelle pour les adhérents
- 40 euros par jour pour un stage
- entre 250 et 350 euros par mois pour une pension boxe

Quel chiffre d’affaires et quelle rentabilité pour un centre équestre ?

Nous avons rédigé un article sur les chiffres d'affaires et les profits potentiels d'un centre équestre.

La rentabilité de votre centre équestre ne dépend que de vous.

En effet, il faut déterminer les coûts de fonctionnement du centre durant une année, puis diviser cette somme par 12.

Ensuite, il faut déduire les frais de pension que vous recevez. Ainsi, vous saurez combien vous devez gagner grâce aux leçons, aux stages et à la vente au détail, afin de dégager le bénéfice souhaité.

À titre d'exemple, si vos charges sont de 30 000 euros par an, soit 2 500 euros par mois, vous devrez réussir à vendre 50 leçons à 50 euros pour pouvoir atteindre le seuil de rentabilité.

Le chiffre d'affaires et la rentabilité pour un centre équestre

Comment augmenter le chiffre d’affaires de son centre équestre ?

Pour augmenter la rentabilité de votre centre hippique, il suffit de limiter les dépenses, d'ajouter des boxes pour la pension, de promouvoir les cours proposés et de développer la vente au détail.

Dans un premier temps, déterminez le type de clientèle présent dans votre région. Est-ce que les gens souhaitent davantage vous confier leurs chevaux ou préfèrent-ils s'en occuper eux-mêmes ?

Si la clientèle est répartie entre les deux, vous pourriez avoir deux écuries distinctes. Dans l'une, vous offrirez des services tels que les soins vétérinaires, le ferrage, l'alimentation et le nettoyage, et dans l'autre, le client se chargera de ces tâches, en échange de faibles frais de pension.

Dans le cas où vous ne proposez que des leçons d'équitation, envisagez l'organisation de fêtes d'anniversaire, de stages et de randonnées.

Pour finir, si vous disposez de l'espace nécessaire, vous pouvez ajouter davantage de boxes de pension, une boutique de vente au détail ou proposer des cours de nutrition aux propriétaires de chevaux.

Quelle stratégie marketing pour un centre équestre ?

Pour assurer la promotion de votre centre équestre et des activités proposées, de nombreuses stratégies sont envisageables.

Parmi celles-ci, figurent :
- l'impression de supports publicitaires et leur distribution aux entreprises voisines
- la publication de photos et de vidéos de vos cours sur les réseaux sociaux
- le développement d'une chaîne YouTube portant sur le thème de l'équitation
- la collaboration avec des influenceurs qui pourront passer des journées au centre
- la création d'un site web permettant la réservation gratuite d'une première séance d'équitation
- l'optimisation de votre référencement dans les moteurs de recherche, pour que le public vous trouve plus facilement
- le développement des offres B2B, en proposant des cours d'équitation pour les employés
- la collaboration avec des établissements scolaires
- le développement d'une boutique en ligne pour la vente de matériel d'équitation
- l'affichage des avis positifs sur les réseaux sociaux

CONCLUSION

Finalement, ouvrir un centre équestre, c'est surtout suivre et respecter toutes les étapes. L'étude de marché est une étape primordiale. C'est ce document qui vous permettra de récolter de précieuses informations quant à votre marché cible.

Ce document vous permettra de mieux définir votre concept de centre équestre et notamment si vous devez aussi proposer de l'élevage, qui seront les cavaliers qui viendront chez vous ou quel serait un bon emplacement pour attirer du monde dans votre établissement équin.

Vient ensuite la phase de rédaction du business plan de votre centre équestre, qui permet de développer une stratégie solide.

Enfin, vous pourrez vous lancer dans les premières étapes de la création. Comme pour chaque entreprise, l'ouverture d'un centre équestre demande de passer par certaines démarches administratives.

Vous devez réfléchir à un statut juridique adapté au fonctionnement de votre établissement. Enfin, vous devrez identifier les dépenses initiales, afin de calculer le budget nécessaire à l'ouverture de votre centre équestre.

Lorsque vous aurez accompli toutes ces étapes, vous serez enfin prêt(e) pour ouvrir votre centre équestre. Nous vous souhaitons tous nos vœux de réussite pour cette nouvelle aventure !